7 tagged articles Chapitre 4

4 Drago Malefoy s'en mêle 27/07/2009

 



Vu que Scorpius ne s'était pas présenter en classe durant cette après midi, après leur cours, Rose et Albus retournèrent chez Hagrid.
- Rose, Albus, je suppose que Scorpius n'est pas venu en cours!
- En effet Hagrid, dit Rose les larmes aux coins des yeux.
- Aller venez, on va voir le professeur McGonagall.
Rose, Albus et Hagrid se dirigèrent vers le bureau du professeur McGonagall, ils arrivèrent devant la gargouille, Hagrid allait prononcer le mot de passe quand Drago Malefoy les poussa.
- Chaton malin!
- Alors Drago, on ne dit plus bonjours?
Drago se retourna, lança un regard noir à Rose et Albus, puis monta les marches qui menaient au bureau de la directrice, suivit par Hagrid, Rose et Albus. Drago Malefoy allait frapper à la porte quand il entendit le professeur McGonagall dire;
- Entrez!
Mr Malefoy poussa la porte et entra, il était toujours suivit d'Hagrid, Rose et Albus. Hagrid referma la porte après que tout le monde soit entré.
- Hagrid, Miss Weasley, Mr Potter, je ne vous attendais pas!
- Professeur, s'écria Rose, nous avons une chose importante à vous dire!
- Mr Malefoy peut rester où vous préférez qu'il sorte?
- Il peut rester, ça le concerne plus ou moins.
- Alors je vous écoute Miss Weasley.
- Voilà, ce matin à l'heure du courrier, Scorpius à reçu une lettre de Mr Malefoy.
Elle tendit la lettre au professeur McGonagall, qui la prit et la lut.
- Depuis qu'il a lut cette lettre, il n'est pas venu en cours de la journée et reste introuvable!
- Miss Weasley, ne vous inquiétez pas, j'ai autoriser Scorpius à ne pas aller en cours, il est rester avec moi toute la journée et nous avons discuter, c'est très gentil à vous de vous être inquiétez pour Scorpius, et de m'avoir prévenue. On voit que vous l'apprécier. N'est pas Mr Malefoy?
Elle se tourna vers Drago Malefoy, qui jetait un regard noir à Rose.
- Drago Malefoy, cria Hagrid, comment oses-tu traiter Albus et Rose de sang impur! Harry t'a sauver plusieurs fois la vie, il n'était pas obliger!
- Hagrid...
- Désoler professeur McGonagall, mais je n'ai pas terminer! Ça ne te suffit pas de traiter Hermione Granger, pendant sept ans de sang de bourbe ? Il faut que maintenant tu t'en prennes à sa fille!
- Hagrid, s'il vous plait!
- Professeur McGonagall, je ne supporte pas de voir ce jeune homme insulter des gens gratuitement. Si tu t'en prend encore une fois à Rose, Albus, où à quelqu'un de la famille Weasley, Potter ou Granger, tu auras à faire à moi!
Hagrid était à bout de souffle.
- Mr Malefoy, continua le professeur McGonagall, je sais pourquoi vous êtes venus ici, il est cependant impossible de placer Scorpius à Serpentard. Le Choixpeau a décider qu'il irait à Gryffondor et il en sera ainsi!
Quelqu'un frappa à la porte.
- Entre Scorpius, dit McGonagall. D'après ce que tu m'as dit et la lettre que j'ai lu.
Elle regarda la lettre qu'elle avait poser sur son bureau.
- Ton père voudrait te parler. Cependant, j'aimerai dire quelque chose avant, tu ne changeras pas de maison comme ton père me l'a demander. Je pense que Mr Potter et Miss Weasley ne t'en veulent pas pour aujourd'hui.
Elle regarda Rose et Albus en leur adressant un sourire radieux, ce qui était très rare de la part du professeur McGonagall.
- Je pense aussi qu'Hagrid, même s'il n'aime pas ton père est d'accord pour confirmer votre rendez-vous de vendredi.
Hagrid regardait Scorpius et souriait à s'en déboîter la mâchoire.
- Et j'espère que ton père cessera de traiter Miss Weasley et Mr Potter de sang impur.
Cette fois elle se tourna vers Drago Malefoy avec un air sévère.
- Vous pouvez disposer!
Scorpius s'approcha d'Hagrid, Albus et Rose.
-Merci, Hagrid, alors on se voit vendredi ?
- Volontiers, aller je vous laisse, bonne soirée!
- Albus, Rose, on se retrouve dans la salle commune, il faut que je parle avec mon père. A tout à l'heure.
Albus et Rose partirent à leur tour en souriant à Scorpius. Scorpius regarda son père.
- Suis-moi!
Scorpius suivit son père qui l'emmena dans le parc hors du château. Drago Malefoy s'arrêta et se tourna vers son fils.
- Je ne peut pas te faire changer de maison, donc tu resteras à Gryffondor. Mais par contre, je refuse que tu sois ami avec Weasley et Potter, et je ne veux pas que tu vois Hagrid. J'espère avoir était assez clair!
- Oui père.
- Si jamais j'apprends que tu traînes avec Hagrid, Weasley ou Potter, je te le ferai regretter et à eux aussi! Compris?
- Oui père.
-Et tu le sais, je suis au courant de tout ici, maintenant, rentre dans ta salle commune et va dormir!
- Oui père, bonne nuit père.
Scorpius prit la direction du château et Drago la direction de la forêt interdite. Scorpius arriva dans la salle commune, il s'assit entre Rose et Albus et leur raconta sa discutions avec son père.
- Scorpius, qu'est-ce que tu vas faire? demanda Rose anxieuse.
- Moi j'aimerai rester avec vous, mais il peut y avoir des risques pour vous, alors je vous laisse choisir si vous voulez de moi où pas.
- Bien sur qu'on veut de toi, s'écria Rose, maintenant tu ne nous quittes plus et on va te surveillé.
Ils rigolèrent un bon moment puis allèrent se coucher.
La suite de la semaine se passa sans soucis. Le vendredi après midi après les cours, Albus, Rose et Scorpius se rendirent chez Hagrid pour prendre le thé. Rose frappa à la porte.
- Ah, vous voilà enfin, entrez, asseyez-vous.
Hagrid leur apporta chacun un grand verre plein de thé et posa au milieu de la table une assiette remplie de caramels.
- Alors comment s'est passé votre première semaine de cours?
- Merveilleuse, s'exclama Rose, les cours sont géniaux, les profs aussi, pas contre on n'a pas beaucoup de devoirs!
- Pardon? Pas beaucoup de devoirs! Mais tu te fiches de nous? Tu as vu tout ce qu'on a pour demain?
- Albus, tu n'avais qu'à t'avancer, c'est entièrement ta faute.
- Et j'aurai fait comment pour m'avancer? On a autant de devoirs chaque soirs!
- Je n'en c'est rien, tu te débrouilles et ne compte pas sur moi pour te donner les réponses.
Hagrid éclata de rire, tellement fort, que la maison se mit à trembler.
- Rose tu es exactement comme ta mère, et toi Albus, tu me fait panser à ton oncle Ron, et Scorpius a un peu le caractère d'Harry. Rose, tes parents étaient exactement comme ça, Hermione ne voulait surtout pas aider Ron, qui trouvait qu'il y avait trop de devoirs. Oh, mon dieu, vous êtes tellement marrant.
Hagrid, Rose, Scorpius et Albus, discutèrent et rirent pendant un bon moment. La nuit était tombée, quand Hagrid se leva et ouvrit la porte.
- Il faut que vous y alliez, il est tard.
Rose allait sortir, quand elle s'arrêta.
- Hagrid, il y a un paquet pour vous!
Hagrid ramassa le paquet qui était devant la porte, le posa sur la table et l'ouvrit. Rose, Albus et Scorpius s'étaient rassembler autour de la table. Dans le paquet il y avait une petite fleur jaune, très jolie et un petit message:

" Pour Hagrid le plus gentil garde chasse que je connaisse."

Hagrid fut tellement content qu'il prit le plus petit vase qu'il trouva, le remplit d'eau et mit la jolie fleur jaune dedans. Dès qu'Hagrid eut lâcher la fleur, il commença à sucer son pouce.
- Mais qu'est qui m'arrive, mon pouce ne veut plus sortir de ma bouche.
- Je sait ce que c'est, lança Rose affolée, c'est une sucepouce, dès que l'on touche cette fleur à main nue, on suce son pouce sans arrêt. La potion qui permet de stopper les effets met six mois de préparation.
- Mais je ne vais tout de même pas sucer mon pouce pendant six mois!
- Hagrid, cria Rose, suivez-nous jusqu'à l'infirmerie!

Tags : Scorpius - Albus - Rose - 1ère partie - Chapitre 4

4 De disputes à Réflexions 14/02/2010

 



-Il faut que je te parle
- Sors immédiatement de ma chambre, tu m'entends ? Immédiatement!
- Non je veux te parler !
- Pour me dire quoi ? Franchement qu'est-ce qu'un putois comme toi peux vouloir me dire ?
- Écoutes et tu sauras! Et ne me traite plus de putois, il me semble que je te l'ai déjà dit il y a quelques heures.
- Dépêches toi je sens que ma chambre deviens de moins en moins respirable.
- Deux choses, la première on a une salle de bain commune, alors il va falloir que je partage avec toi. Si je vois un de tes cheveux dans le lavabo, je te fais ta fête.
- Franchement Malefoy tu me fais peur. Maintenant sors de ma chambre si tu m'as déranger pour ça franchement c'était pas la peine.
- Non j'ai pas terminer. Pourquoi tu m'as embrassé tout à l'heure ?
- Oh! Mr Malefoy est déstabilisé à ce que je vois. Pourquoi je t'ai embrassé ? Pour que tu me lâches les basques tout simplement, mais ça n'a pas l'air d'avoir fonctionner. Tu t'accroches à moi c'est pas possible, t'as eu le coup de foudre que tu me lâches plus d'une semelle ?
- Et Miss je sais tout aime se faire des films. Tu crois vraiment que je pourrais avoir le coup de foudre pour toi. Non mais il faut vraiment que tu ailles te faire soigner ma vielle!
- Mais oui c'est ça allez dégage le passage, tu me gênes, allez, allez vire de là, c'est ma chambre. Bye-bye!
Hermione poussa Drago dehors et referma la porte de sa chambre à clefs. Elle respira un bon coup pour remettre ses idées en place et regarda sa chambre. Elle était rouge et or le lit portait l'écusson de la maison Gryffondor. Il y avait également une armoire rouge et un bureau couleur or. Au fond de sa chambre une porte, elle s'approcha, l'ouvrit. Une magnifique salle de bain or et argent se dessina devant ses yeux. Dans la pièce, une énorme baignoire s'étalait au centre de la pièce. C'était merveilleux, la seule chose qui gâchait le paysage c'était que Drago Malefoy était dans la baignoire sans aucuns vêtements pour cacher une vue atroce. Enfin c'est du moins ce qu'Hermione essayait de croire en vain. Elle ne pouvait s'empêcher de le regarder. Même si il était infecte avec elle il fallait bien avouer qu'il était drôlement bien bâtit. La jeune Gryffondor ne pouvait s'empêcher de détacher son regard du Serpentard.
-Oh Oh Granger!!! Tu m'entends non d'un chien. Tu veux bien dégager de là ? Tu vois pas que je suis en train de me laver ? Oh Oh je te parles. Tu m'entends? GRANGER !!!
Il n'y avait rien à faire Hermione n'arrivait pas à détacher le regard de Drago et encore moins de lui répondre.
- GRANGER!!! Tu veux que je vienne te faire sortir moi même ou tu es assez grande pour te débrouiller toute seule ? Tu m'écoutes au moins ? J'ai l'impression de parler à un mur. Et arrête de me mater c'est assez gênant je doit dire. Surtout quand c'est une sang de bourbe.
Toujours rien à faire, Hermione n'avait pas bouger d'un poil. Drago avait beau s'énerver, crier rien n'y faisait. Drago perdit patience se leva, prit une serviette, se l'attacha autour de la taille et se dirigea vers Hermione. Pendant ce temps la jeune fille avait suivit tous les gestes de Drago.
- Bon Granger là c'est bon ça suffit tu en as assez vu !!! Je parle à un mur ou quoi ? Je me lave, c'est trop te demander de me laisser ? HERMIONE GRANGER !!!! Réponds moi !!!!!
- Eh oui quoi ? Qu'est-ce qu'il y a ?
- Tu te moques de moi j'espère ?
- Non pas du tout pourquoi ?
- Pourquoi ? Tu veux savoir pourquoi ? Parce que depuis tout à l'heure je voudrai que tu foutes le camp, que tu dégages, c'est trop te demander ? C'est quelque chose qui n'existe pas dans ton vocabulaire ?
- Bien sur que si ça existe dans mon vocabulaire pour qui tu me prends ? Et puis d'abord pourquoi je devrais partir ? C'est aussi ma salle de bain ? C'est à toi de dégager si tu as un problèmes.
- A moi de dégager ? Mais tu te paies ma tête ? J'était là avant toi je te signale!
- Oui et alors ça change quoi ? Tu y es depuis trop longtemps moi aussi j'ai envie de ma laver! Tu n'es pas tout seul ici!
- Je viens à peine d'arriver alors tu vas te calmer, après si tu veux vraiment te laver maintenant si tu veux je t'offre une place.
- Une place avec toi? Mais qui l'accepterait ? Tu es tellement répugnant!
- Pourtant c'est pas ce que j'ai cru comprendre. Ça va t'as bien mater ?
- Mais je ne t'ai pas mater! Qu'est-ce que tu racontes ?
- Allez arrêter ton numéro, avoue j'ai un corps d'athlète.
- Un corps d'athlète laisses-moi rire tu ressembles plus à un sumo!
- Je sais que tu n'en penses pas un mot.
- Bien sur que si, tout ce que je dit je le pense. Pas comme certains.
- Arrêtes avec tes allusions, tu ne me connais pas, tu ne peux pas me juger!
- Je te connais assez pour dire que tu es un imbécile fini!
- Si ça peux te faire plaisir et calmer tes nerfs. Bon alors tu viens te laver avec moi ou tu vas faire autre chose ?
- Je ne me laverai certainement pas avec toi!
- Alors tu as le droit de quitter cette pièce le temps que je termine.
- Volontiers, ça me fera un peu de repos de pas t'avoir sur les pattes.
Hermione quitta la salle de bain et retourna dans sa chambre, Drago lui finit de prendre son bain. Après avoir attendue une demi heure Hermione descendit dans le salon, s'assit sur le canapé, regarda le feu et attendit. Drago fini son bain et descendit lui aussi dans le salon.
- Encore là !!!
- Et oui Drago je ne disparaît pas comme ça.
- J'ai vu ça, tu es comme ...
- Comme qui ?
- Personne laisse tomber
- Réponds moi Malefoy, Comme qui ?
- Comme Pansy.
- Quoi ? Mais ça va pas Malefoy! Je ressemble pas à ce pékinois!
- Si tu le dis.
- J'en ai marre de toi Malefoy, je vais me coucher.
- Oui c'est ça bon débarras.
Hermione se leva et partie se coucher. Drago resta dans le salon près du feu à réfléchir une longue partie de la nuit. Il pensait " Tu y es quand même aller un peu fort. Même si c'est une sang de bourbe vous vous êtes disputer toute la soirée, elle méritait pas ça. Elle est si fragile. Mais qu'est-ce que tu racontes Drago ? C'est une sang de bourbe on en a rien à faire de ce qu'elle ressent ! Ah parce que pour toi une sang de bourbe c'est pas pareil qu'un sorcier, après tout il n'y a que le sang qui est différent, la magie elle ne diffère pas. Mais que dis-tu encore ? Les sang de bourbe ont voler leur magie aux vrais sorciers, c'est certainement ce qu'elle a fait elle aussi. Drago réfléchit, comment aurais-tu réagit si ce n'était pas une sang de bourbe? Cherche au fond de toi, au fond de ton c½ur. Bon stop la ça suffit tu dérailles mon vieux va te coucher!"
Drago monta dans sa chambre et ne put s'empêcher de repenser à une de ses anciennes pensées.
"Et si Hermione n'était pas une sang de bourbe comment aurai-je réagit ?"
Sur cette dernière pensée et question il s'endormit. Le lendemain matin Hermione se réveilla, fila dans la salle de bain et ressortie vingt minutes plus tard prête à descendre rejoindre ses amis et prendre son petit déjeuner. Elle arriva dans le salon et croisa Malefoy assis sur le canapé.
- Salut Hermione, bien dormi ?
Hermione fut étonnée de voir Drago lui parler comme ça et mis un moment avant de répondre.
- Oui très bien et toi ?
- Pas dès masses, ce soir il faudrait qu'on parle c'est très important.
- Oui si tu veux à quelle heure ?
- Je c'est pas moi, Heu ... Après le repas, on s'attend ici. Çà te convient ?
- Oui parfait, par contre là je doit te laisser je dois aller retrouver mes amis.
- Oui, oui vas-y à ce soir.
- Oui à ce soir.
Hermione poussa le tableau qui servait d'entrée et se dirigea vers la grande salle. Elle était perdue dans ses pensées.
"Qu'est-ce qui lui arrive à Malefoy, d'habitude il est odieux et là il me demande si j'ai bien dormi ? Il y a quelque chose qui cloche dans cette histoire. Il veut me parler ce soir oui mais qu'est-ce qu'il va encore me sortir. J'en ai eu suffisamment hier soir on a pas arrêter de se disputer. D'un autre côté j'ai dit que j'y allai je doit y aller. Il a vraiment pas l'air dans son état normal, il a du me prendre pour quelqu'un d'autre c'est pas possible autrement. Enfin bon on y pensera plus tard."
Elle arriva dans la grande salle et retrouva ses amis à la table des Gryffondor.
- Coucou tous le monde !
- Salut ma belle, lui répondit Ginny.
- Salut, ça va ? Demanda Harry
- Chalut, Hermiouneu, lui dit Ron avec la bouche pleine ou l'on se demander comment il arrivait à l'ouvrir pour faire sortir quelques sons.
- Oui je vais très bien merci et vous ?
- Nous super, répondit Ginny. Alors avec Malefoy ça donne quoi ?
- Oh et bien hier on s'est disputés toute la soirée je vous raconte pas la galère, j'en pouvais plus et ce matin il m'a dit bonjour, il était très gentil, je ne le reconnaissait pas. Il était aimable, il m'a parlé poliment. Et ce soir il veut que l'on parle, il parait que c'est très important.
- Malefoy aimable ? Tu as du rêver, lui dit Harry. Ça ne lui ressemble pas, vraiment il y a quelque chose qui n'est pas normal.
- Oui enfin bon passons, je vous dirai demain ce qu'il avait de très important à me dire. A non j'ai oublier mon livre de potion et c'est le premier cours que l'on a aujourd'hui. Je le sent mal ce premier jour. Et j'ai pas le temps d'aller chercher mon livre.
- Heu Hermione, Dit Ginny. Malefoy s'approche de toi.
En effet Drago Malefoy s'approchait de la table des Gryffondor et plus particulièrement d'Hermione.
- Heu Hermione ?
- Oui Malefoy ?
- Je crois que tu as oublier ton livre de potion dans la salle de bain ?
- Oh tu me l'as amené ? Merci beaucoup, heu ... c'est très gentil à toi.
- Ben de rien, bon je vais rejoindre les Serpentard, et n'oublie pas ce soir après le dîner.
- Ne t'inquiète pas j'y serait.
après quoi Drago se rendit à la table des Serpentard et Hermione se tourna vers ses amis ahuris.
- Hermione, commença Ginny. Tu es sur que Malefoy va bien ? Il est vraiment pas normal.
- Oui Ginny je suis d'accord, continua Harry. On dirait qu'il a pris un coup sur la tête.
- Mais non vous n'avez rien compris, dit Ron. C'est un coup pour la mettre dans son lit.
Hermione, Ginny et Harry partirent dans un fou rire que Ron ne suivit pas.
- Je suis sincère Hermione, il veut te mettre dans son lit. J'en suis sur.
- Et qu'est-ce qui te fais dire ça Ron? Demanda Hermione.
- Il y a des signes qui ne trompent pas, je m'y connais.
- Tu t'y connais ?
- Oui Hermione disons que ...

Tags : Drago - Hermione - Chapitre 4

4 L’évadé d’Azkaban 27/12/2012



Les élèves sortirent un à un, Rose, Albus et Scorpius qui n'avaient pas cours après se rendirent dans la grande salle et s'installèrent à la table de Gryffondor.
- 47 points en moins pour Gryffondor et 52 points en plus pour Serpentard et tout ça en un cours, se plaignit Rose. Sans compter que c'est un sort qu'on apprend en sixième année, pas maintenant. On a à peine les bases.
- Je suis désolé que vous ayez à subir ça, enchaîna Scorpius.
- C'est rien on va s'y habituer et on va travailler, répondit Albus.
- Ça ne servira à rien, s'énerva Rose. Même quand on a la moyenne on ne fait pas gagner de points alors que les Serpentards ils en gagnent même quand ils font quelque chose de nul.
Leur discussion continua jusqu'à l'heure du repas et là des courriers express arrivèrent. Tous les élèves abonnés à la gazette du sorcier reçurent un exemplaire du journal hors-série et inédit. Rose prit le sien et lut la une.

« Un évadé à Azkaban,

Rodolphus Lestrange s'est évadé ce matin de la prison d'Azkaban. Le sorcier en question est un adepte de la magie noire. Il était un grand partisan du mage noir et sa femme Bellatrix Lestrange est morte il y a 20 ans, à Poudlard, lors de la grande bataille.
Nous vous conseillons de vous tenir sur vos gardes, c'est une personne très dangereuse, des détraqueurs ont été envoyés un peu partout pour le retrouver. Le premier ministre moldu vient d'être prévenu et met en place toutes les mesures qu'il faut. »

Albus et Scorpius avaient lu l'article au dessus de l'épaule de Rose.
- Il ne manquait plus que ça! S'exclama Rose.
- On a pas à s'inquiéter, il ne va pas venir à Poudlard, affirma Scorpius. Qu'est-ce qu'il y ferait?
- Aucune idée, lui répondit Albus.
La semaine passa normalement sans aucuns soucis. Le lundi matin, nos jeunes Gryffondor se rendirent au cours de Mr Malefoy.
- Aujourd'hui c'est le sortilège de catapultage que nous allons étudier. Miss Dobbs expliquez-moi ce qu'est-ce sortilège.
- C'est un sortilège qui catapulte très loin la personne touchée.
- Très bien 5 points pour Serpentard.
Comme ils en avaient pris l'habitude, les élèves passèrent un à un devant Mr Malefoy. Bien entendu, les Serpentards gagnèrent des points et les Gryffondors en perdirent. En sortant de ce cours tous les élèves étaient exténués. Le soir alors que Scorpius, Rose et Albus se rendaient à leur salle commune pour se coucher un attroupement attira leur attention. Ils s'y dirigèrent et trouvèrent Flore Ryan, une élève de Gryffondor de première année, allongée par terre, elle ne bougeait plus. McGonagall arriva en urgence et fit partir les élèves. Bien évidemment Albus, Rose et Scorpius qui étaient très curieux restèrent dans un coin et écoutèrent.
- Que lui est-il arrivé Minerva? Demanda le professeur Flitwick.
- Elle a été pétrifiée!
- Mais c'est impossible, répliqua Neville. Harry Potter a tuer le basilic dans la chambre des secrets et seul lui peut pétrifier les gens.
- Il faut penser qu'il y a d'autres moyens professeur Londubat. Toujours est-il qu'il faut trouver ce qui lui est arrivé.
Les professeurs amenèrent Flore à l'infirmerie, quand aux trois Gryffondor, ils rentrèrent dans leur salle commune. Pendant toute la semaine les élèves se posaient des questions sur ce qui était arrivé à Flore. Comment elle était arrivée dans cet état? Qui lui avait fait ça? Pourquoi elle? Mais personne n'avait de réponses à donner. Le lundi suivant, le soir après les cours un nouvel élève fut retrouver. C'était Mafalda Bobbin de deuxième année à Serdaigle. Elle aussi avait été pétrifiée, mais personne ne savait comment.

Tags : Scorpius - Albus - Rose - Chapitre 4 - 2ème partie

Chapitre 4: Le vrai père 27/04/2010



Harry sortit de la salle de Rogue tout en le remerciant. Durant la fin de la journée, une seule idée l'obséda. Il devait aller voir Dumbledore pour avoir des réponses aux deux questions qui le tourmentait encore. A savoir: qu'à fait Sirius Black pour être en prison et qui est son véritable père. Harry voulait avoir la réponse avant la fin de la journée. Après ses cours il se rendit dans le bureau de Dumbledore, il connaissait déjà le mot de passe. Il s'arrêta devant la porte, donna trois petits coups et attendit que le directeur l'invite à passer la porte pour rentrer.
- Bonjour Harry, qui puis-je pour toi aujourd'hui?
- J'ai des questions à vous poser Monsieur.
- Je t'écoute.
- Je voulais vous demander, pourquoi Sirius Black est en prison?
- C'est une question complexe Harry. Pour tout te dire, quand James et Lily se sont cachés, ils étaient protégés pas un gardien du secret. Lui seul pouvait dire où se trouvait la maison où vous habitiez. Il l'a dit à Voldemort et celui-ci est venu chez vous. Le lendemain où James et Lily sont mort il a attaqué et tuer pleins de moldus d'un coup. Il s'est fait arrêter et est maintenant à la prison d'Azkaban.
Harry restait subjugué. Il avait envie de s'énerver après ce Sirius Black qui en plus était son parrain. Pourtant devant Dumbledore il se contenu et poursuivi.
- Monsieur, qui est mon véritable père?
- Harry, je t'ai déjà dit qu'il était trop tôt pour que tu le saches.
- Je suis désolé professeur, mais je n'attend que ça de savoir. Je suis en droit de savoir la vérité sur mon propre père et de toute manière que je le sache plus tard ou maintenant, ça ne changera rien. Alors je voudrai savoir, je suis prêt pour la vérité.
- Ton père n'est autre que Severus Rogue!
- Le professeur Rogue?
- Oui Harry, et maintenant il est temps pour toi de partir. Le repas va être servi.
Harry sortit sans un mot. Il se rendit dans la grande salle et s'assit face à Hermione.
- Qu'y a-t-il Harry? Tu n'as pas l'air bien, remarqua Hermione.
- Je vient de connaître le nom de mon vrai père.
- Qui est-ce?
- Severus Rogue.
- Le professeur Rogue? Ça explique tellement de choses...
- Hermione s'il te plait, j'aimerai ne pas trop entendre parler de cette histoire pour le moment.
- Excuse-moi Harry.
Harry ne parla pas de la soirée, il partit se coucher et mit longtemps à s'endormir. Le lendemain il se rendit dans le bureau du professeur Rogue. Il frappa et la professeur lui ouvrit.
- Mr Potter que puis-je pour vous
- J'aimerai vous parler.
- Entrez je vous en pris.
Harry entra et s'installa sur un siège que lui proposait Rogue.
- Je vous écoute Mr Potter.
- Je sais que vous êtes mon père.
Rogue resta sans voix.
- J'aurai quelques questions à poser.
- Allez-y.
- Comment se fait-il que vous soyez mon père?
- Eh bien, j'était amoureux de votre mère depuis la première fois que je l'avait vu. Au départ nous étions très proche et puis au bout d'un moment elle est sortie avec James Potter. Ce que personne n'a jamais su pendant ce temps-là, c'est que nous nous aimions et que nous nous voyions de temps en temps. Voilà.
- Et James Potter ne s'est jamais rendu compte de tout ça?
- Il a très certainement eu des doutes, mais si il savait quelque chose, il n'en a jamais rien dit.
- A vrai dire en rentrant à Poudlard, je ne m'attendait pas du tout à ça. Je ne sais plus vraiment comment réagir.
- C'est tout à fait normal, cependant je dois ajouter quelque chose. Je comprend que vous soyez mal, mais sachez que je prendrait mon rôle de père au sérieux si vous le souhaitez. C'est à vous de choisir.
Harry ne savait pas pourquoi, mais il se sentait soulagé.
- J'aimerai apprendre à mieux vous connaître.
- Si vous le souhaitez.
- Oui, mais je peux vous demander quelque chose?
- Bien entendu.
- Je peux vous tutoyer?
- Oh! Oui bien entendu, quelle question!
- Merci, je crois que je ferai mieux d'aller en cours.
- C'est certain, je vais écrire un petit mot pour vous... pardon, pour t'excuser du retard.
- Merci.
Harry se rendit en cours et sa journée se passa sans encombres. Harry et Rogue apprirent à se connaître petit à petit. Ils marchaient autour du lac en parlant, ils allaient dans le bureau de Rogue et écoutaient de la musique, s'exerçaient un peu en magie ou en potion. Le professeur de potion aidait Harry à faire ses devoirs. Au plus Harry partageait de temps avec son père, au plus il sentait qu'il était dans son élément. Il se rendit compte de la différence entre James et Severus. Etre le véritable père laisse des traces. Rogue faisait de son mieux pour donner tout ce qu'il pouvait à son fils. Il l'aimait tellement ce fils qu'il trouvait enfin après 12 ans d'attente. Entre eux l'entente était parfaite, c'était le pur bonheur. Tout cela dura pendant 1 an, Harry avait réussi son année sans le moindre soucis, il était proche de ses amis, surtout Ron Weasley et Hermione Granger avec qui il partageait tout. Au collège Poudlard, maintenant tout le monde savait que Severus Rogue était le père du célèbre Harry Potter. Même si au début certaines personnes avaient mal réagit, surtout chez les Serpentard, tout le monde avait finalement finit par s'y habituer. Pendant les vacances d'été, Harry avait bien entendu déménager chez Rogue. Il avait ainsi pu inviter chez lui Ron et Hermione pendant quelques temps. Rogue était extrêmement gentil avec Harry, il lui laissait beaucoup de libertés. Le fait de vivre seul avec son père ne dérangeait pas Harry le moins du monde, au contraire, il était sur que son père serait moins présent pour lui si ils n'étaient pas que tous les deux. Maintenant la jeune sorcier appelait son père « papa ». Harry avait déjà entamer un mois de sa deuxième année au collège Poudlard, quand son père l'interpella.
- Harry je peux te parler s'il te plaît?
- Oui papa, j'arrive.
- Ce ne sera pas long. Voilà, alors, j'ai rencontrer quelqu'un.
Harry resta immobile un moment, puis partit en courant.
- Harry! Harry! Attend!
Harry ne se retourna pas et Rogue partit à sa recherche. Il le trouva finalement 10 minutes plus tard dans sa chambre.
- Harry, je comprend ta réaction.
- On était bien tous les deux, pourquoi ça doit changer?
- Harry, nous aurons toujours des moments rien que toi et moi, je te le promet. J'aime toujours ta mère et elle aura toujours une place dans mon c½ur. Mais il est aussi temps que je pense à moi, et j'ai trouver quelqu'un, une personne que je voudrai te présenter.
- Je comprend, mais ça me fait peur.
- De quoi as-tu peur?
- J'ai peur que tout ce que l'on a réussi à construire en un an parte en fumée.
- Harry, tu es mon fils et ça ne changera jamais. Je serai toujours là pour toi et ça ne changera jamais. Tu es la personne la plus importante dans ma vie. Je t'aime mon fils.
Rogue prit Harry dans ses bras et le serra fort contre lui.
- Alors, tu me la présente quand cette fille?
- Que dirais-tu de samedi après-midi?
- Ce sera parfait!
Harry attendit le samedi avec impatience, son père l'avait rassuré, lui avait prouver que son fils était ce qu'il avait de plus cher. Et Harry comprenait bien que son père ait maintenant envie d'avoir une femme dans sa vie, et petit à petit Harry l'acceptait.

Tags : Le véritable père - Chapitre 4

4 Douce séparation 19/02/2015


Il était maintenant temps de mettre un terme à tout ça. Il fallait que ça se termine une bonne fois pour toute avec Ron. Nous ne pouvions pas rester comme ça sans dialogue, sans le moindre échange, sans le moindre regard l'un envers l'autre. Je me demandais si des personnes extérieures ne seraient pas capables de nous prendre pour des étrangers. Je me dirigeais donc vers sa chambre.
- Ron, il faut qu'on parle !
- Entres ! Tu as raison nous devons parler.
-Tu as réfléchi à la conversation que nous avons eue la dernière fois au chaudron baveur ?
- Oui...
- Alors ?
- Alors, je n'arrive pas encore à faire le deuil de Fred. J'ai beau essayer je n'y arrive pas pour le moment. C'est comme ça. Il me faut encore du temps, peut être même beaucoup de temps. J'ai besoin de me renfermer comme ça, de réfléchir à tout ce qui s'est passé. Je suis conscient de te laisser de côté, mais pour le moment je suis incapable de faire autrement. Tout comme je suis incapable de parler avec qui que ce soit de Fred.
- Je te comprends et j'espère que tu comprends tout autant que moi je ne puisse pas rester dans cette situation qui en devient totalement invivable.
- Oui je comprends, je ne veux pas te forcer à rester à mes côtés si ce n'est pas ce que tu souhaites.
- Je peux rester à tes côtés en tant qu'amie, pour que tu puisses me parler si tu en a envie. Mais rester en tant que petite amie, c'est beaucoup trop dur pour moi. J'ai besoin de sentir l'air frais sur mon visage et non rester enfermée dans une chambre toute la journée. J'ai besoin de voir un regard réconfortant lorsque je doute et non un regard vide de toute émotion. J'ai besoin de sentir une main apaisante lorsque je ne suis pas bien et non une absence totale de chaleur humaine. J'ai besoin d'entendre des voix et non un silence de mort. J'ai tout simplement besoin de vivre et non de survivre.
- Si c'est ce que tu souhaites...
- Je sais que c'est déjà suffisamment difficile pour toi, mais oses me dire qu'en tant que petite amie je peux plus pour toi qu'en tant qu'amie. Tu n'acceptes rien et de la part de personne. Je suis restée avec toi tout ce temps, sans voir la moindre lumière s'allumer dans tes yeux. Oui en ce moment tu ne vis plus tu survis et personne ne sait quoi faire pour te sortir de là. Et ta s½ur est exactement dans le même état que toi.
- Non je ne réagis pas comme Ginny !
- Oui et non. En effet vous avez des manières différentes de faire votre deuil et d'exprimer votre douleur, mais vous faites aussi peur l'un que l'autre en vous laissant sombrer ainsi.
- Peut être après tout.
- En tout cas Ron, je veux que tu saches que je reste toujours présente pour toi. Alors oui bien sur, ce ne sera pas tout à fait comme avant, je ne resterais pas enfermée dans cette chambre toute la journée, je n'essaierai plus de te forcer à parler et à revivre, mais je serai là pour toi en cas de besoins. Tu comprends ?
- Je pense avoir compris oui.
- Je voulais aussi te demander quelque chose.
- Vas-y.
- Est-ce que ça t'embête si je reste au Terrier encore un peu ? Après si tu ne veux pas je peux partir. Je peux comprendre que ce soit dur pour toi de me voir tous les jours comme ça. Mais surtout n'hésites pas à me le dire. Je ne veux pas encombrer et être un poids pour toi.
- Hermione stop ! Respires sinon tu vas devenir bleue et tomber net sur le sol, et je ne sauris pas quoi faire, imagines un peu la scène.
Pour la première fois depuis de nombreuses semaines Ron esquissa un sourire.
- Oui tu peux restée ici, bien entendu. Et puis après tout, j'ai besoin de mes amis autour de moi non ?
- Merci Ron, n'hésites pas à me le dire si je fais quelque chose qui ne te plait pas surtout.
- Ne t'inquiète pas pour ça. Tu sais, ça va peut être te paraître bizarre mais je me sens mieux depuis que je sais qu'on est plus ensembles. Ce n'est pas que ça me dérangeait parce que je tiens énormément à toi mais je voyais que je te faisais souffrir et ça me faisait du mal, parce que je savais très bien que pour le moment j'étais incapable de faire quoi que ce soit pour toi, pour te consoler. Je me mettais une pression en plus et ça me prenais la tête, je ne savais plus quoi faire.
- Oui je vois, tu as besoin qu'on s'occupe de toi en ce moment et non d'avoir une personne pour qui avoir de petites attentions et tu te sentais obligé d'avoir des attentions pour moi alors que tu n'en avais pas la force.
- C'est exactement ça.
- Ce sera plus facile maintenant, et peut être que du coup tu pourras plus te concentrer sur le deuil de Fred et aller un peu mieux.
- Certainement...
- Bon écoutes Ron, je vais te laisser. Si tu as besoin de quoi que ce soit je serai dans le jardin.
- D'accord, merci.
Je sortis de la chambre en étant soulagée comme jamais depuis bien longtemps. J'avais tellement peur que Ron le prenne mal et qu'il déprime encore plus qu'avant. Mais en fait ça avait été tout le contraire, comme quoi dès fois les choses auxquelles on s'attend sont tellement fausses. On peut se faire de telles peurs pour rien. De plus je pouvais restée au Terrier encore un peu le temps de trouver un port d'attache et essayer d'aider Ginny au maximum, même si au jour d'aujourd'hui, je suis incapable de savoir quoi faire pour elle, et je pense d'ailleurs que pour le moment je ne peux rien faire pour elle. Je me dirigeais vers un coin du jardin où je m'installais pour réfléchir à diverses choses. Je me surpris à penser à Harry. Depuis cette grande bataille c'est le seul qui m'avais accordé de son temps et m'avais montré que j'étais un minimum importante pour quelqu'un. Mais il ne faut pas être stupide, il sort d'une séparation avec Ginny et ce n'est peut être pas le bon moment pour tenter quoi que ce soit. Et puis ne soyons pas bête, je connais Harry depuis tellement longtemps... C'est mon meilleur ami, rien de plus. Il faudrait que je sois folle pour essayer de vivre une quelconque histoire avec Harry. Et puis faire ça à Ron serait vraiment très irrespectueux, de même qu'à Ginny. Les choses sont claires, il n'y aura strictement rien entre Harry Potter et moi, entre nous ce ne sera qu'amical et cela pour le restant de nos vies. Mais peut être que nous avons quelque chose à vivre ensembles ?

Tags : Harry - Hermione - Chapitre 4

4 Les problèmes commencent 11/01/2016

La rentrée avait eu lieu il a peu de temps et les problèmes commençaient déjà. Depuis le début de l'année il y avait déjà eu trois disparitions d'élèves inquiétantes. Il s'agissait de Tom Aubrey de 1ère année à Serdaigle, Bastien Bones de 2ème année à Poufsouffle et Mélanie Chang de 3ème année à Gryffondor. Bien évidemment avec les évènements des années précédentes et surtout de l'année passée tout le monde était sur le qui-vive. Albus, Rose, Scorpius, James, Iris, Rose et Hugo étaient réunis dans leur salle commune, près de la cheminée pour discuter et échanger au sujet de ces disparitions.
- Moi qui pensais passer une année normale, ronchonna Albus.
- Il faut t'y faire, on est des Potter, on ne peut pas passer une année normale à Poudlard, lui répondit James, papa nous a léguer ça.
- Vous pensez quoi de toute cette histoire ? Demanda Iris.
- Pour le moment pas grand-chose, répondit Rose. On n'a pas vraiment d'informations.
- Mais les gens ne disparaissent pas comme ça ! S'exclama Lily.
- Non il y a une raison pour ces disparitions, reste à savoir laquelle. Déclara Scorpius.
- Il faudrait peut être mené une enquête, non ? Propose Hugo.
- C'est compliqué Hugo, lui répondit Rose. Et ça ne se fit pas comme ça. Déjà il faudrait avoir plus d'informations, savoir pourquoi ce sont eux qui ont disparu, si ils ont reçu des menaces auparavant, si ils ont des ennemis, ce qu'ils ont fait cet été... Pleins de choses quoi.
- Et si on reprenait tout du début ? Proposa Iris.
- Pourquoi pas ! Répondit James. Ca peut être un début. Alors voyons voir, que savons-nous ?
- Qu'aucun élève de Serpentard à disparu ! Répondit sans réfléchir Lily.
- Elle a raison, continua Albus. Vous pensez qu'ils vont être tranquilles encore une fois ? Si c'est le cas c'est que c'est l'un d'entre eux.
- Ne va pas trop vite en besogne, renchérit Scorpius. Ce n'est pas parce qu'aucuns d'eux n'a été porté disparu que c'est forcément à cause de l'un d'entre eux. Par contre ça pourrait être intéressant de savoir dans quel ordre les élèves ont disparus.
- Et bien, si on récapitule du début, commença Iris. Le premier est un 1ère année, le second un 2ème année et le troisième un 3ème année. Ca a peut être un lien.
- C'est possible, même fort probable que la personne s'en prenne au plus faible. Répondit James
- Ou alors simplement le prochain élève à disparaitre sera un 4ème année, annonça Rose. Ce que je ne souhaite pas, mais c'est une possibilité qu'on ne peut pas écarter.
- Nous ne pouvons rien faire pour le moment, déclara Hugo, allons nous coucher. Tant que les professeurs ne nous donneront pas plus d'informations, nous ne pouvons absolument rien faire !
Pendant que nos Gryffondor allaient se coucher, les professeurs tenaient une réunion de la plus haute importance dans le bureau directorial de Minerva McGonagall.
- Nous avons un grave problème annonça McGonagall à ses enseignants. Cette année encore les élèves sont l cible d'un fou ! Il faut que nous sachions ce que nous allons faire, comment pouvons nous retrouver ces enfants ? Qui peut leur en vouloir ? Pourquoi ? Que devons nous faire des autres élèves ? Si ça continu comme ça, je vais dans l'obligation de fermer Poudlard et de renvoyer les élèves chez eux ! Nous sommes dans une école ici, cette école est sensée protégée les élèves qu'elle accueil, pas les mettre en danger !
- Minerva, commença le professeur Flitwick, ne pensez vous pas que pour commencer nous devrions envoyer une lettre aux parents de tous les élèves ?
- Oui, Flitwick, c'est une bonne idée, j'ai déjà écris aux parents de Luc Aubrey, Bastien Bones et Mélanie Chang. Et je dois bien vous avouer qu'ils sont dans une colère noire en plus d'être inquiets au plus haut point pour leurs enfants, ce qui est tout à fait normal. Mais vous avez raison, nous devons prévenir les parents de tous les élèves, je m'en chargerai après cette réunion. Mais il reste encore d'autres questions auxquelles nous devons répondre. Comment pouvons-nous protéger les autres élèves ?
- En plus du couvre feu, nous pouvons faire des tours de garde dans le château pour les surveiller, proposa Cormac McLaggen.
- Bonne idée professeur McLaggen, répondit McGonagall, nous allons tous faire des rondes pour surveiller les élèves, j'espère seulement que ce sera suffisant pour arrêter ses disparitions, personnes ne doit plus rentrer dans ce château, ni en sortir, à part avec mon autorisation, est-ce bien clair ?
Tous les professeurs hochèrent la tête affirmativement. McGonagall reprit la parole.
- Je compte également sur vous pendant vos rondes pour chercher dans tous les coins possibles et inimaginable les élèves disparu, et si quoi que ce soit vous semble suspect, venez me voir immédiatement ! Par ailleurs si quiconque parmi vous venez à apprendre quoi que ce soit sur les trois élèves ayant disparu, même si cela vous paraît insignifiant venez m'en parler sur le champ. C'est bon pour tout le monde ?
Encore une fois tous les professeurs hochèrent la tête à l'affirmative.
- Vous pouvez y aller, j'ai encore des tas de choses à faire !
Dès que les professeurs furent partis, Minerva McGonagall s'assit à son bureau et se mit à écrire la lettre adressée aux parents de ses élèves.

« Mme, Mr,

Je vous écris aujourd'hui pour vous informer de a disparition de trois de nos élèves, Luc Aubrey, Bastien Bones et Mélanie Chang.
Suite à ces évènements le conseil des professeurs s'est réuni et s'est accordé à renforcer la sécurité de l'école.
Aujourd'hui je compte sur votre soutien, je vous demanderez si vous avez la moindre information concernant ces enfants, aussi petite soit-elle, de me la faire parvenir au plus vite. Nous souhaitons retrouver ces enfants au plus vite et les savoir en sécurité.

Avec toutes mes sincères salutations.
Minerva McGonagall »

Le lendemain à l'aube tous les parents avaient reçu un hibou comportant ce message de la plus haute importance. Le lendemain fut aussi le jour des sélections de Quidditch. Comme Albus l'avait annoncé, il voulait faire parti de l'équipe et participait donc à la sélection pour devenir poursuiveur. James, Rose, Scorpius, Iris, Rose et Hugo étaient venus l'encourager. Lorsqu'il était sur un balai, il semblait tellement à l'aise et serein, comme si il était sur la terre ferme. Il magnait le balai avec une telle aisance que ça en était impressionnant. Il se faufilait entre tous les attrapeurs comme si ils étaient invisibles, les dépassaient, les esquivaient... Il marquait des buts sans le moindre souci et arrivait à éviter les cognards, ce qui était un avantage considérable. C'est donc de la façon la plus naturelle qu'il obtint une place plus que mériter dans l'équipe de Quidditch de Gryffondor.

Tags : 3ème année à Poudlard - Chapitre 4

4 Les essais de Quidditch 18/07/2017



- Salut Iris, tu vas bien ?
- Coucou Rose, ça va bien et toi ?
- Au top, je n'ai jamais été en aussi grande forme.
- Tu en as de la chance, c'est dut à quoi ?
- Aucunes idées, je suis juste en pleine forme. Au fait c'est vrai que tu t'es inscrite pour les sélections de Quidditch ?
- Oui, j'aimerai tellement être dans l'équipe.
- Ce serait vraiment super pour toi, tu veux être à quel poste ?
- J'aimerai être poursuiveuse.
- Ca t'ira comme un gant. Tu n'es pas trop stressée ?
- Oh si ! Tu n'imagines même pas, c'est horrible, je n'arrive rien à avaler.
- On dirait que tu tiens de mon père dans la famille Weasley pour le Quidditch. Il était aussi stressé que toi d'après ma mère.
- Franchement je le comprends on a une certaine pression. J'aurai bien aimé prendre ça un peu à la légère comme mon père.
- Ah ça on ne le choisit pas vraiment. Mais je suis sûre que tu vas être géniale. Ca t'embête si je viens te voir aux sélections ?
- Ce sera avec vraiment super. Ca me fera du bien pour savoir que tu es là pour me soutenir.
- Alors je serai là. Tu peux compter sur moi. Et essaie de manger quelque chose avant les sélections.
- Je vais essayer. A tout à l'heure.
- A tout à l'heure.
Après avoir pris son petit déjeuné Rose se rendit sur le terrain de Quidditch où elle retrouve Scorpius.
- Ah te voilà Scorpius ! Je ne t'ai pas vu ce matin au petit déjeuné.
- Non je suis passé en coup de vent dans la grande salle. J'étais avec Albus et il n'était pas au mieux de sa forme.
- Qu'est-ce qu'il a ?
- Rien de bien grave ne t'inquiète pas, mais il était assez stressé.
- A cause de ses araignées encore ? Jamais ça ne va lui sortir de la tête.
- Non pas à cause des araignées, ça je pense qu'il l'oublie peu à peu. C'était à cause des sélections de Quidditch.
- A c'est vrai qu'il doit les passer aussi.
- Tu ne trouves pas ça amusant qu'Albus soit aussi stressé pour le poste d'attrapeur avec le père qu'il a ?
- C'est vrai que c'est drôle, mais comme on en parlait la dernière fois ce n'est pas parce qu'on a de bons gênes qu'on ne peut pas être stressé quand on passe une sélection.
- J'avoue que je serait aussi super stressé si je devait passer les sélections de Quidditch.
- Tu vois, et pourtant ton père était dans l'équipe de sa maison aussi.
- Oui mais lui il n'a pas passé les épreuves, c'est mon grand père qui a payer sa place dans l'équipe, c'est un peu moins stressant.
- Il faut bien avouer que ça aide.
- Mais après il faut pouvoir assurer derrière et franchement mon père on aurait dit un vrai clown sur un balai. Un attrapeur incapable de voir le vif d'or quand il lui tourne à côté de l'oreille.
- Ca devrait être assez amusant à voir j'imagine.
- Mon père a des vidéos et des photos de ces moments là cachés quelque part dans la maison. Je crois qu'il n'en est pas très fier. Je te les montrerai un jour tu verras.
- Avec grand plaisir, j'ai hâte de voir ça. Mais dis-moi c'est à cause de tout ça que tu ne passes pas les sélections ? Tu adores le Quidditch alors pourquoi tu n'essaies pas de faire parti de l'équipe ?
- Oui c'est surement à cause de mon père, j'ai un peu peur de me rendre ridicule et qu'on pense que je n'ai pas ma place dans l'équipe.
- Tu dis n'importe quoi Scorpius. Tu as ta place à Gryffondor mets toi ça dans la tête ! Et si tu passes les sélections de Quidditch, si tu es bon ils te prendront et ta réussite tu ne la devras qu'à toi.
- Oui tu as certainement raison, mais il faut quand même que j'y réfléchisse. Je passerai peut être les sélections l'année prochaine, on verra bien.
- Réfléchis bien, moi je suis sûre que tu as ta place dans l'équipe.
- C'est gentil ce que tu dis, ça me touche beaucoup, merci. Tiens regardes ils vont commencer les sélections.
Sur le terrain de Quidditch les élèves voulant passer les sélections se réunirent et écoutèrent le capitaine de l'équipe Jason Whalley élève de 7ème année à Gryffondor.
- Bien ! Tout le monde à l'air d'être là, nous allons pouvoir commencer. Pour ceux qui ne me connaîtraient pas je m'appelle Jason et c'est moi qui vais choisir qui fera parti de cette équipe. Il nous faut un gardien, un batteur, trois poursuiveurs et un attrapeur. Je voudrais vous rappelez que le fait d'avoir fait parti de l'équipe l'année dernière ne signifie pas que vous en aurez un cette année. J'aimerai commencer par voir tous les poursuiveurs.
Iris regarda Rose, sa cousine l'encouragea. Elle prit son courage à deux mains, enfourcha son balai et s'envola dans les airs. A partir du moment où ses pieds quittèrent le sol tout son stress s'évapora. Elle était dans son élément sur un balai. Elle laissa ses cheveux voler au grès du vent, fit deux saltos et s'empara du souafle. Ni une ni deux il se retrouva dans les anneaux et un but fut marquer. Iris continua le spectacle sous le regard de Rose et Scorpius.
- Mais c'est qu'elle se débrouille super bien, s'enthousiasma Scorpius.
- J'ai beau l'avoir vu jouer cet été, elle m'impressionne vraiment.
- Elle va être prise tu verras.
- Il y a de grandes chances.
Les poursuiveurs retournèrent au sol. Ce fut aux élèves ayant postulés pour le rôle de batteurs, puis ceux qui voulaient être gardiens.
- Bien, très bien, commença Jason. Bon pour finir il nous reste les deux élèves qui veulent le poste d'attrapeur. Ca va être simple. Je vais laisser le vif d'or s'envoler, le premier qui le récupère intègrera l'équipe. Vous êtes prêt alors c'est parti !
Albus s'envola comme une flèche. En trente secondes chronos il avait attrapé le vif d'or. Tous les élèves étaient ébahis.
- C'est bien le fils d'Harry Potter, s'exclama Scorpius.
- Si quelqu'un en doutait il n'y a maintenant plus de doute.
Jason réunit tous les candidats pour leur annoncer les résultats. Bien entendu Albus eut le poste d'attrapeur et Iris devint l'un des trois poursuiveurs de l'équipe. Le lendemain matin nos trois amis se rendirent au cours d'Herbologie. Ils arrivèrent juste à temps dans la serre n°1 et Neville Londubat ne leur épargna pas ses remontrances.
- Ils faut arrête de discuter en marchant Albus, Scorpius et Rose, bientôt vous allez arriver en retard à mon cours et ça je ne suis pas d'accord. Bien maintenant nous pouvons commencer le cours. Donc nous sommes dans la serre n°1 et nous allons aujourd'hui nous occuper des plants de Dictame. Est-ce que quelqu'un peut m'expliquer à quoi sert le Dictame ? Scorpius peut-être ?
- Avec on fait de l'essence de dictame.
- Oui c'est vrai mais à quoi ça sert ? Rose ?
- Le dictame est une plante qui rentre dans la composition de la potion Wiggenweld, une potion régénérante qui contre les effets de la goutte du mort vivant. De plus elle permet de faire cicatriser les plaies peu profondes.
- C'est très bien Rose, comme toujours, j'accorde 10 points à Gryffondor. Donc ce que nous allons faire maintenant c'est que par groupe de quatre vous aller récupérer délicatement les feuilles. Ensuite nous les presseront pour obtenir de l'essence de dictame. Vous pouvez commencer.
Albus, Rose et Scorpius firent équipe avec Nigel Corner. Ils s'amusèrent comme des petits fous, les feuilles n'étaient pas compliquer à détacher de la plante et les broyer fut un jeu d'enfant. Puis comme le disait si bien Albus pendant le cours tous les prétextes sont bons pour s'amuser avec ses amis. Cette bonne humeur leur permit de ne pas voir passer le temps mais le professeur Londubat dut les reprendre à plusieurs reprises car leurs éclats de rires dérangeaient les autres élèves. La journée se continua dans la bonne humeur et Albus commençait à oublier toutes ces araignées qui le turlupinaient depuis la rentrée. D'autant plus qu'il ne s'était rien passé depuis la rentrée. Les trois Gryffondor commençaient à penser que finalement cette année à Poudlard serait peut être normale et que pour une fois ils n'auraient aucuns problèmes à gérer, ils allaient pouvoir profiter de chaque instant et s'amuser comme des étudiants de leur âge.

Tags : 4ème année à Poudlard - Chapitre 4