7 tagged articles Chapitre 1

1 Dix-neuf ans plus tard 18/07/2009

 



Cette année-là, l'automne semble arriver brusquement. En cette matinée de 1er septembre, l'air était vif et doré comme une pomme. Les fumées des pots d'échappement et le souffle des piétons étincelaient, telles des toiles d'araignée dans la fraîcheur de l'atmosphère, tandis que la petite famille traversait d'un pas sautillant la rue grondante de circulation en direction de la grande gare aux murs noircis de suie. Deux énormes cages bringuebalaient sur les chariots chargés de bagages que poussaient les parents. Les hiboux qui y étaient enfermés lançaient des hululements indignés et la fillette aux cheveux roux traînait en pleurnichant derrière ses frères, accrochée au bras de son père.
- Ce ne sera pas long, toi aussi, tu iras, lui promit Harry.
-Deux ans, dit Lily en reniflant. Je veux y aller tout de suite!
Les banlieusards regardaient les hiboux avec curiosité au passage de la famille qui se frayait un chemin en direction de la barrière séparant les voies 9 et 10. La voix d'Albus, qui marchait devant lui, parvient à Harry au milieu de la clameur environnante. Ses fils avaient repris la dispute commencée dans la voiture:
- Je n'irai pas! Je n'irai pas à Serpentard!
- James, arrête un peu! s'exclama Ginny.
- J'ai simplement dit qu'il y serait peut-être, fit remarquer James en adressant un sourire à son jeune frère. Il n'y a pas de mal à ça. Il sera peut-être à Serp...
Mais James croisa le regard de sa mère et se tut. Les cinq Potter s'approchèrent de la barrière. D'un air supérieur, James jeta un coup d'½il à son jeune frère par-dessus son épaule, prit le chariot des mains de sa mère et se mit à courir. Un instant plus tard, il avait disparu.
- Vous m'écrirez, hein ? demanda aussitôt Albus, tirant profit de l'absence momentanée de son frère.
- Tous les jours, si tu veux, proposa Ginny.
- Pas tous les jours, répliqua précipitamment Albus. James dit que la plupart des élèves ne reçoivent des lettres de chez eux qu'une fois par mois.
- Nous avons écrit à James trois fois par semaine, l'année dernière, dit Ginny.
- Et il ne faut pas croire tout ce qu'il te raconte sur Poudlard, ajouta Harry. Il aime bien se moquer de toi, ton frère.
Côte à côte, ils poussèrent le deuxième chariot en prenant de la vitesse. Lorsqu'ils atteignirent la barrière, Albus fit une grimace mais il n'y eut aucun choc et la famille émergea sur le quai de la voie 9 3/4, obscurci par l'épaisse vapeur blanche que produisait la locomotive écarlate du Poudlard Express. Des silhouettes indistinctes s'affairaient au milieu de cette brume dans laquelle James s'était déjà volatilisé.
- Où sont-ils ? demanda Albus.
Anxieux, il scrutait les formes imprécises qu'ils croisaient en s'avançant sur le quai.
- On va les trouver, lui répondit Ginny d'un ton rassurant.
Mais la vapeur était dense et il était difficile de reconnaître les visages. Les voix, qui semblaient désincarnées, étaient étrangement sonores, comme surnaturelles. Harry crut entendre Percy discourir bruyamment sur les règlements en matière de balais et fut content d'avoir une excuse pour ne pas aller lui dire bonjour...
- Je crois que c'est eux, Al, dit soudain Ginny.
Un groupe de quatre personnes émergea de la brume, à côté du tout dernier wagon. Ce fut seulement lorsque Harry, Ginny, Lily et Albus arrivèrent devant eux que leur visage devint net.
- Salut, dit Albus qui paraissait profondément soulagé. Rose déjà vêtue de sa toute nouvelle robe de Poudlard, lui adressa un sourire radieux.
- Alors, tu as réussi à ranger la voiture? demanda Ron à Harry. Moi, oui. Hermione ne croyait pas que je puisse passer un permis de Moldu, et toi? Elle pensait qu'il faudrait que je jette un sortilège de Confusion à l'examinateur.
- Ce n'est pas vrai, protesta Hermione. J'avais parfaitement confiance en toi.
- En fait, je lui ai vraiment jeté un sortilège de Confusion, murmura Ron à Harry pendant qu'ils chargeaient à bord du train la grosse valise et le hibou d'Albus. J'avais simplement oublié de regarder dans le rétroviseur et, entre nous, je peux très bien m'en passer en utilisant un charme Supersensoriel.
De retour sur le quai, ils trouvèrent Lily et Hugo, le jeune frère de Rose, discutant avec animation de la maison dans laquelle ils serait envoyés le jour où ils iraient enfin à Poudlard.
- Si tu n'es pas à Gryffondor, on te déshérite, lança Ron. Mais je ne veux pas te mettre la pression.
- Ron!
Lily et Hugo éclatèrent de rire, mais Albus et Rose avaient un air grave.
- Il dit ça pour rire, assurèrent Hermione et Ginny.
Mais Ron ne faisait plus attention à eux. Croisant le regard de Harry, il lui montra d'un discret signe de tête un endroit du quai situé à une cinquantaine de mètre. Pendant quelques instants, la vapeur s'était un peu dissipée et trois personnes se détachaient nettement parmi les volutes de fumée.
- Regarde qui est là.
Drago Malefoy, un manteau sombre boutonné jusqu'au cou, était avec sa femme et son fils. Son front commençait à se dégarnir, ce qui accentuait son menton pointu. Le jeune garçon ressemblait à Drago autant qu'Albus à Harry. Apercevant Harry, Ron, Hermione et Ginny qui l'observaient, Drago leur adresse un bref signe de tête et se détourna.
- Voici donc le petit Scorpius, murmura Ron. Arrange-toi pour être toujours meilleure que lui en classe, Rosie. Dieu merci, tu as hérité l'intelligence de ta mère.
- Ron pour l'amour du ciel, dit Hermione, moitié sérieuse, moitié amusée, n'essaye pas de les dresser l'un contre l'autre avant même qu'ils aient commencé l'école!
- Tu as raison, admit Ron. Désolé.
Mais, incapable de s'en empêcher, il ajouta:
- Ne sois quand même pas trop amie avec lui, Rosie. Grand-père Weasley ne te le pardonnerait jamais si tu épousais un Sang-Pur.
- Hé!
James était réapparu. Il s'était délesté de sa grosse valise, de son hibou et du chariot et, de toute évidence, il avait une grande nouvelle à annoncer.
- Teddy est là-bas, dit-il, tout essoufflé, en pointant l'index par-dessus son épaule, vers le nuage de vapeur. Je viens de le voir! Et vous savez ce qu'il faisait? Il embrassait Victoire!
Il leva les yeux vers les adultes, manifestement déçu par leur absence de réaction.
- Notre Teddy! Teddy Lupin! En train d'embrasser notre Victoire! Notre cousine! Alors, j'ai demandé à Teddy ce qu'il faisait...
- Tu les as dérangés? s'exclama Ginny. Tu es comme Ron...
- ... et il m'a répondu qu'il était venu lui dire au revoir! Et ensuite il m'a dit de m'en aller. Il l'embrasse! ajouta James comme s'il avait peur de ne pas avoir été assez clair.
- Oh, ce serait merveilleux s'ils se mariaient! murmura Lily avec ravissement. Teddy ferait vraiment partie de la famille!
- Il viens déjà dîner à la maison à peu près quatre fois par semaine, dit Harry. Pourquoi ne pas lui proposer d'habiter chez nous, comme ça, ce serait fait?
- Ouais! s'écria James avec enthousiasme. Je veux bien partager ma chambre avec Al... Teddy pourrait avoir la mienne!
- Non, répliqua fermement Harry. Al et toi, vous ne partagerez la même chambre que quand j'aurai décidé de démolir la maison.
Il consulta la vieille montre bosselée qui avait appartenu autrefois à Fabian Prewett.
- Il est presque onze heures, vous devriez monter dans le train.
- N'oublie pas de transmettre nos amitiés à Neville! dit Ginny à James qu'elle serrait dans ses bras.
- Maman, je ne peux pas transmettre des amitiés à un professeur!
- Mais tu connais bien Neville...
James leva les yeux au ciel.
- En dehors de l'école, oui, mais en classe, c'est le professeur Londubat, tu comprends? Je ne peux pas entrer en cours de botanique et lui transmettre des amitiés...
Il hocha la tête d'un air navré devant la sottise de sa mère et, pour se défouler, donna un coup de pied en direction d'Albus.
- A plus tard, Al. Fais attention aux Sombrals.
- Je croyais qu'ils étaient invisibles? Tu m'as dit qu'ils étaient invisibles!
James éclata de rire. Il autorisa sa mère à l'embrasser, étreignit brièvement son père puis bondit vers le train qui se remplissait rapidement. Ils le virent agiter la main vers eux avant de se précipiter dans le couloir du wagon pour retrouver ses amis.
- Tu n'as pas à avoir peur des Sombrals, dit Harry à Albus. Ce sont des créatures très gentilles, elles n'ont rien d'effrayant. De toute façon, tu n'iras pas à l'école dans les diligences, on t'y emmènera en barque.
Ginny embrassa Albus.
-On se reverra à Noël.
- Au revoir, Al, dit Harry à son fils qui se serrait contre lui. N'oublie pas que Hagrid t'a invité à prendre le thé vendredi prochain. Ne t'approche pas de Peeves. Ne te bats pas en duel tant que tu n'auras pas appris à le faire. Et ne laisse pas James te raconter n'importe quoi.
- Et si je suis à Serpentard?
La question qu'il avait murmurée était destinée uniquement à son père. Harry savait à quel point sa peur était profonde et sincère. Harry s'accroupit, le visage de son fils un peu au-dessus de sien. Des trois enfants de Harry, Albus était le seul à avoir les yeux de Lily.
- Albus Severus, dit-il.
Il parlait à mi-voix pour que personne ne puisse l'entendre en dehors de Ginny. Elle eut le tact de faire semblant de ne pas écouter, adressant des signes de la main à Rose qui était montée dans le train.
- Tes deux prénoms t'ont été donnés, poursuivit Harry, en souvenir de deux directeurs de Poudlard. L'un d'eux était un Serpentard et il était sans doute l'homme le plus courageux que j'aie jamais rencontré.
- Mais dis-moi simplement...
- ... si c'était le cas, alors Serpentard gagnerait un excellent élève, n'est-ce pas? Pour nous, ça n'a pas d'importance, Al. Mais si ça en a pour toi, tu pourras choisir Gryffondor plutôt que Serpentard. Le Choixpeau magique tiendra compte de tes préférences.
- Vraiment?
- C'est ce qui s'est passé pour moi, dit Harry.
Il n'en avait jamais parlé à ses enfants jusqu'à maintenant et lorsqu'il prononça ces mots, il vit sur le visage d'Albus une expression émerveillée. Mais déjà, les portes claquaient tout au long du convois écarlate et les silhouettes floues des parents se massaient devant les wagons pour un dernier baiser, une dernière recommandation. Albus sauta dans le train et Ginny ferma la porte derrière lui. A côté d'eux, des élèves étaient penchés aux fenêtres. De nombreuses têtes, dans les wagons et sur le quai, semblaient s'être tournées vers Harry.
- Pourquoi est-ce qu'ils te regardent comme ça? interrogea Albus, tandis que Rose et lui tendaient le cou pour voir les autres élèves.
- Ne t'inquiète pas, dit Ron. C'est à cause de moi. Je suis extrêmement célèbre.
Albus, Rose, Hugo et Lily éclatèrent de rire. Le train s'ébranla et Harry le suivit le long de quai, observant le visage mince de son fils, les joues déjà rouges d'excitation. Harry agitait la main et lui souriait, même s'il ressentait un peu comme un déchirement le fait de voir son fils s'éloigner ainsi de lui... La dernière trace de vapeur se dissipa dans l'atmosphère de l'automne. Le train disparut dans un virage. Harry levait toujours la main en signe d'adieu.
- Tout se passera bien pour lui, murmura Ginny.
Harry la regarda puis, d'un geste machinal, il abaissa la main et caressa sur son front la cicatrice en forme d'éclair.
- J'en suis sûr.
Il y avait dix-neuf ans que la cicatrice de Harry avait cessé de lui faire mal. Tout était bien.


(Ce n'est pas moi qui ai écrit ce chapitre, c'est la fin du dernier livre d'Harry Potter, je l'ai mis pour que mon histoire ait un sens ou du moins le début.)

Tags : Scorpius - Albus - Rose - Chapitre 1 - 1ère partie

1 Un début d'année remplie 14/11/2009

 



Une jeune fille aux yeux noisettes et des cheveux châtain, ondulés qui lui tombaient en cascade jusqu'aux épaules, venait de se réveiller. Elle sortit de son lit et alla voir le paysage par la fenêtre. Des collines plus hautes les unes que les autres se dessinaient devant ses yeux. L'herbe était verte malgré la chaleur de mois d'août. Juste avant ses collines il y avait un beau jardin, pleins de fleurs multicolores, une grande table en plastique pouvant accueillir plus de 10 personne, et au fond du jardin, une cabane à outils miteuse, qui gâchait le beau paysage. Hermione se trouvait au Terrier, chez les Weasley. Le matin, elle avait prit l'habitude de regarder le paysage à la fenêtre, sans faire de bruit, pour que Ginny, sa meilleure amie, puisse finir paisiblement sa nuit. Hermione se retourna et regarda en direction du lit de son amie. Ginny devait sans doute faire un merveilleux rêve, elle avait le visage tranquille et un fin sourire se dessinait sur ses lèvres. Cela faisait trois semaines qu'Hermione se trouvait chez les Weasley, dans une semaine Ginny partirait faire sa dernière année à Poudlard, elle laisserait Hermione seule pour réfléchir à tous les événements qui venaient de se passer. Tout d'abord Voldemort était mort, comme un imbécile son sort s'était retourné contre lui, il avait tout de même emporter beaucoup de monde avec lui, Fred, Lupin, Tonks et bien d'autres. Hermione n'avait pas cesser d'en parler avec Ginny. Fred lui manquait beaucoup, elle le considérait comme son frère, les Weasley sont pour elle comme une deuxième famille. Quand à Lupin et Tonks, ils étaient un peu comme un oncle et une tante pour elle, ils se voyaient souvent, sans conter qu'ils laissaient leur fils Teddy seul. Harry étant le parrain de Teddy et habitant au Terrier, le jeune Lupin s'était joint à la famille Weasley. En ce moment Hermione était aussi perdue dans sa relation avec Ron. L'année précédente ils avaient cachés leur relation, pourtant la jour de la grande bataille, Ron n'avait pas hésiter à embrasser la jeune lionne sous les yeux ébahis d'Harry. Mais depuis ce jour il n'y avait plus rien eu, Ron se montrait même distant avec elle. Hermione n'avait pas oser lui parler, c'est pour ça qu'elle se confiait à Ginny. Son amie ne voulait pas aller parler à son frère, elle disait que ce n'était pas à elle de le faire. Hermione savait qu'elle avait raison et elle savait aussi que même si Ginny n'allait pas parler à Ron, elle serait toujours là pour la soutenir. Hermione regarda sa montre il était huit heure, elle décida de descendre prendre son petit déjeuner. Ginny avait besoin de dormir avant la rentrée et Mrs Weasley serait surement déjà levée pour s'occuper de Teddy. Hermione arriva dans la cuisine. Comme à son habitude Mrs Weasley avait déjà préparer la table pour le petit déjeuner, il ne manquait plus que les convives pour se régaler des fabuleuses recettes de la mère de famille. Hermione prit place à table, près de la fenêtre.
- Bonjour Hermione, ça va ? Bien dormi ?
- Bonjour Mrs Weasley, oui j'ai très bien dormi, merci, comment va Teddy ?
- Il est en pleine forme, il vient de faire une nuit complète, j'avoue que ça ne fait pas de mal.
Ginny arriva dans la cuisine suivie de peu par Harry et Ron.
- Bonjour les enfants!
- Bonjour, répondirent en c½ur Harry, Ron et Ginny.
Les trois Gryffondors prirent place autour de la table. Les quatre lions mangèrent goulûment. A peine eurent-ils finis qu'un hibou s'écrasa dans l'assiette de Ginny.
-Errol! Gronda Ginny. Maman il y a une lettre de Poudlard, non en fait il y en a quatre, une pour Hermione, une pour Ron, une pour Harry et une pour moi.
- Une lettre de Poudlard pour moi ? S'étonna Hermione.
- Oui regarde.
Ginny tendit sa lettre à Hermione. La jeune lionne prit la lettre et la lut.

" Chère Miss Hermione Granger,

Suite aux nombreux événements de l'année précédente et après de nombreuses réunions, nous avons décider de laisser une chance aux élèves qui étaient en septième année, l'année dernière, pour que vous puissiez avoir vos Aspics. Cette année n'est cependant pas obligatoire.Si vous venez refaire votre septième année, qui sera appelée huitième année, sachez qu'il y aura de nombreux changements. Tout d'abord suite aux deux cancres de professeurs qu'il y avait l'année passée et aux interruptions involontaires de cours de nombreux élèves, nous allons mettre en place des cours de rattrapage pour que chaque élève puisse avoir le bon niveau. Il y aura un recrutement parmi les élèves de votre année, pour trouver trois élèves qui donneront les cours de rattrapage aux autres élèves. Tout cela vous sera expliquer plus précisément et plus longuement lors du banquet de début d'année. Si vous venez à Poudlard cette année, je vous donne rendez-vous dans le premier compartiment du Poudlard Express. En espérant vous voir de nouveaux cette année.

Cordialement,
La directrice de Poudlard,
Le professeur McGonagall."

Hermione n'en croyait pas ses yeux, on lui proposait de faire une dernière année à Poudlard, il n'y avait que des avantages. Elle aurait ses Aspics, elle resterait avec Ginny et elle pourrait trouver une force auprès de l'école pour parler à Ron. Elle allait accepter cette proposition. Elle se tourna vers Harry et Ron.
- Alors vous allez faire quoi tous les deux ?
- Moi je vais accepter, dit Harry.
- Et toi Ron ?
- Quoi moi ? Ben je ne sais pas je ne suis pas un mr-je-sais-tout, alors ça ne me tente pas trop.
- Un mr-je-sais-tout ? S'énerva Hermione. Mais qu'est-ce qui te prend depuis quelques temps, tu m'évites, tu m'ignores, le pire c'est que tu n'oses même pas me parler en face. Si quelqu'un me cherche, je serai dans la chambre de Ginny.
Hermione sortit de table et monta dans la chambre de son amie. Arrivant dans la chambre elle ouvrit la fenêtre, monta sur le rebord, s'assit et se mit à pleurer. Voilà ce que pensais réellement Ron d'elle ? Non c'était impossible pas après tout ce qui s'était passer depuis sept ans. Il ne pouvait pas l'appeler Miss-je-sais-tout comme l'appelait les Serpentards, ça ne lui ressemblait pas. Il y avait forcément une raison au comportement de Ron. Pendant ce temps, en bas, Ginny était prise d'une colère incontrôlable contre Ron.
- Ron qu'est-ce qui te prend ? Parler comme ça à Hermione, après tout ce que vous avez vécus. Tu n'es qu'un imbécile, un pourri, un tocard! Je ne te croyais pas capable de quelque chose comme ça. Maintenant tu as le choix; ou tu vas t'excuser auprès d'Hermione tout de suite et parler avec elle, ou ce n'est même plus la peine de m'adresser la parole, tu n'existeras plus pour moi. Alors tu choisis quoi ?
- Ben, euh ...
- Dépêche toi ou je choisi à ta place!
- Je vais ... je vais ... je croit que ... je pense ... euh ...
- BOUGE!, lui crièrent Harry et Ginny.
- C'est bon, c'est bon, je vais parler à ... Hermione.
- Alors dépêches toi! Lui cria Ginny en lui donnant des coups de pieds sous la table pour qu'il se lève.
Ron monta voir Hermione. Ginny avait quelques questions à poser à Harry, elle profita qu'ils soient tous les deux.
- Harry j'ai besoin de te parler.
- Oui vas-y, je t'écoute.
- Bien voilà, je voulais savoir, Ron est ton meilleur ami et vous passez beaucoup de temps ensembles, alors est-ce que tu sais ce qu'il a contre Hermione depuis quelques temps ?
- Non, il ne m'a rien dit, d'ailleurs je trouve sa réaction très bizarre, après ce qui s'est passer entre eux, je n'y comprend rien.
- D'accord, merci, c'est vrai qu'il est bizarre et il y a autre chose que je voudrais te dire.
- Oui vas-y.
- Bon, en fait, à vrai dire je suis un peu jalouse du fait que tu passes plus de temps avec Ron qu'avec moi.
- Oh Ginny! Je suis désolé, je ne savais pas que ça te faisait du mal. Je ne m'en était pas rendu compte.
- Ce n'est pas grave Harry.
- Pour me faire pardonner, que dirais-tu d'une petite balade dans les Collines rien que toi et moi ?
- J'en dit que c'est une excellente idée.
- Alors allons-y!
Harry et Ginny partirent se promenaient, en attendant Ron était devant la porte de la chambre de sa s½ur.
- J'y vais, j'y vais pas, j'y vais, j'y vais pas, je fais quoi ? Bon aller Ron ça va aller, il faut que tu parles à Hermione. Aller c'est parti!
Ron entra dans la chambre, il regarda dans la chambre mais ne vit personne, il scruta la chambre millimètre par millimètre et finit par aperçevoir Hermione perchée sur la fenêtre.
- Hermione ça va ?
- ...
- Hermione répond moi s'il te plait!
- ...
- S'il te plait!
- Qu'est-ce que tu veux que je te dise ?
- Je sais pas moi, pourquoi tu pleures par exemple.
- D'après toi ?
- Justement je ne sais pas.
- Ben tu réfléchis et quand tu sauras, tu reviendras!
- C'est à cause de ce que j'ai dit tout à l'heure ?
- Pas seulement!
- Alors explique moi!
- Très bien alors, l'année dernière on cachait notre relation et quand on a du se battre contre Voldemort tu m'as embrasser devant Harry. Tu te souviens ?
- Oui mais ...
- Ensuite on es revenu ici et à partir de l'a tu m'as complètement oubliée et ce matin tu dis que tu n'est pas mr-je-sais-tout, mais tu sais aussi très bien que ces foutus Serpentards m'appelle miss-je-sais-tout!
- ... Oui je le sais mais ...
- Ron je ne te reconnais plus, tu n'es plus le même depuis les vacances, qu'est-ce qui se passe ? Je suis ton amie, mais la tu m'ignores, Ron explique moi!
- ... Je t'expliquerai quand tu me laisseras m'exprimer.
- Oui vas-y!
- Très bien alors, je me souviens très bien de tout ce que tu viens de dire. Je ne t'ignore pas mais depuis la mort de Fred tout à changer. Est-ce que tu te souviens de quand nous avons vider les affaires de Fred ?
Ce souvenir était douloureux pour Hermione, elle ne se souvenait pas de tout, mais elle se rappelait du chemin de traverse, la chambre de Fred, ses affaires éparpillées, qu'elle avait besoin de prendre l'air at après le trou noir, elle n'avait plus aucuns souvenirs, les suivants étaient aux Terrier, elle se réveillait et allait voir le paysage à la fenêtre.
- Je ne me rappelle plus de rien après que je sois sortie de la chambre de Fred.
- D'un autre côté tu t'es évanouie.
- A bon ?
- Si je te le dit, mais après que Percy t'es ramenée ici on est retourner dans la chambre de Fred, et la il y avait une lettre.
- Oui et alors ? Je ne vois pas le lien.
- C'est toi qui lui as envoyer cette lettre.
- J'ai le droit d'envoyer des lettres à qui je veux que je sache.
- Oui tu as le droit, mais j'ai lu cette lettre.
- Je trouve ça dégueulasse, cette lettre ne te concernait aucunement, d'un autre côté je n'ai rien à cacher.
- Tu disais à Fred que toi aussi tu l'aimais.
- J'ai dit quoi ?
- Tu as dit à Fred que toi aussi tu l'aimais.

Tags : Drago - Hermione - Chapitre 1

1 Un nouveau début à Poudlard 01/05/2012



Rose était accoudée à la fenêtre de sa chambre, elle avait les yeux fermés et laissait les derniers rayons de soleil lui chatouiller le visage. Elle pensait à ses vacances, elle avait passé du temps avec sa famille et surtout avec sa cousine Iris, car celle-ci allait faire son entrée à Poudlard et Rose lui avait expliqué tout le fonctionnement de cette école magique et légendaire. Elle pensait aussi à ses parties de Quidditch avec ses cousins dans le jardin de ses grands parents, car cette année elle comptait bien essayer de faire partie de l'équipe de Gryffondor. Même si sa mère n'était pas vraiment pour, son père, lui, au contraire, la soutenait dans son ambition. Après tout son père avait fait parti de l'équipe de Quidditch de Gryffondor, les élèves avaient même fait une chanson pour acclamer ses prestations. Elle pensait également à Scorpius, qui était son ami, elle l'avait soutenu toute l'année précédente et avait essayé d'avoir de ses nouvelles durant les vacances, malheureusement toutes ses lettres étaient restée sans réponses. Elle avait peur, très peur que Scorpius ne veuille plus lui parler, mais ils avaient quand même passé une année entière ensembles à Poudlard, c'était quand même son meilleur ami. Peut être que Drago Malefoy, le père de Scorpius, interdisait simplement à son fils de répondre aux hiboux de ses amis, puisque Drago Malefoy n'aimait pas les amis de son fils, c'était fort probable. Espérons que ce ne soit que ça. Le soleil s'était maintenant couché, Rose se redressa, ferma sa fenêtre, se retourna et regarda sa valise aux pieds de son lit, elle était terminée, toute prête. La jeune fille se dirigea vers son lit et se coucha, après tout demain c'était la rentrée à Poudlard, il fallait être en pleine forme pour retrouver ce magnifique château et retrouver James, Albus, Iris et elle l'espérait profondément, Scorpius. « Demain est un nouveau jour » pensa-t-elle. Rose se laissa sombrer dans les bras de Morphée, au pays des rêves. Le lendemain matin Rose se réveilla et descendit dans la cuisine.
- Bonjour papa, bonjour maman, bonjour Hugo.
Les trois Weasley lui répondirent en c½ur.
- Bonjour.
- Bien dormi? Demanda Hermione.
- Tu as faim? Demanda Ron.
- Prête pour ta rentrée à Poudlard? Demanda à son tour Hugo.
- J'ai très bien dormi, j'ai une faim de loup et j'ai hâte de retrouver Poudlard.
Rose se mit à table, dévora trois tartines de confiture, but goulûment son jus de citrouille, se leva, partie chercher ses affaires dans sa chambre et redescendit dans le salon avec sa grosse valise.
-On y va? Demanda-t-elle en hâte.
- Si tu es prête oui. Lui répondit son père.
La petite famille se dirigea vers la voiture et partit en direction de la gare King Cross. La voiture se gara et Rose descendit à toute vitesse de la voiture. Dans la gare la jeune sorcière marchait vite, très vite même et ses parents ainsi que son frère avaient du mal à la suivre. Ils traversèrent le mur pour se rendre sur le quai du Poudlard Express. Là Rose regarda à droite, puis à gauche et de nouveau à droite, elle se mit ensuite à courir à droite et s'arrêta juste devant sa cousine Iris.
- Salut Iris! Prête pour Poudlard?
- Salut Rose! Oh oui, j'ai hâte d'y être tu ne peux même pas imaginer.
Albus et James arrivèrent à leur tour.
- Salut jeunes demoiselles, lança James.
- Salut, répondirent Rose et Iris.
Le train n'allait pas tarder à partir, tout le monde dit au revoir à ses parents et monta dans le Poudlard Express. Les quatre cousins trouvèrent un compartiment vide et s'y installèrent. Le train démarra. Poudlard allait de nouveau ébahir les élèves. Pendant que les jeunes élèves étaient dans leurs pensées le compartiment s'ouvrit. Scorpius fit son entrée.
- Salut!
- Scorpius! S'écria Rose en lui sautant dans les bras.
- Rose! Je suis content de te voir, tu m'as manquée.
- Toi aussi tu m'as manqué.
- Salut mec, lança Albus. Alors tes vacances?
- Maussades, heureusement qu'il est temps de retourner à Poudlard.
- Salut Scorpius, bon je vais retrouver mes amis, affirma James.
Il quitta le compartiment. Scorpius s'assit, Rose se tourna vers Iris.
- Iris, voici notre ami Scorpius, Scorpius, c'est notre cousine Iris.
- Enchanté Iris!
- Moi de même, tu es le fils de Drago Malefoy c'est ça?
- En effet.
Le trajet continua dans la bonne humeur, chacun se raconta ses vacances, ils échangèrent des éclats de rire et continuèrent à parler. Le train arriva, Iris partit rejoindre Hagrid avec tous les autres élèves de première année. Rose, Albus et Scorpius se dirigèrent vers les diligences. Ils arrivèrent dans le château et se rendirent dans la grande salle.

Tags : Scorpius - Albus - Rose - Chapitre 1 - 2ème partie

Chapitre 1: Une entrée à Poudlard 03/01/2010



Aujourd'hui Harry était sur le point de rentrer à Poudlard. Il était installé dans un des compartiments du Poudlard Express quand un garçon, roux, avec des tâches de rousseurs et à peu près du même âge que lui, entra dans le compartiment.
- Bonjour, dit le garçon roux. Je peux m'asseoir? Il n'y a plus de place nulle part.
- Oui bien sur, vas-y.
Le garçon s'installa en face d'Harry.
- Je m'appelle Ron, Ron Weasley.
- Et moi Harry, Harry Potter.
- Harry Potter! S'écria Ron effarer.
- Oui, dit Harry en souriant.
Le voyage continua dans la joie et la bonne humeur. Harry et Ron parlèrent, mangèrent des friandises puis parlèrent de nouveau. Au bout d'un moment une jeune fille nommée Hermione Granger entra dans leur compartiment. Elle leur demanda si ils n'avaient pas vus un crapaud car un soi-disant Neville avait perdu le sien. Harry et Ron lui répondirent que non et elle repartit. Les deux garçons enfilèrent leur robe de sorcier et le train arriva. En arrivant sur le quai Harry vit un géant qu'il connaissait déjà, c'était Hagrid. Le géant leur fit traverser le lac dans des barques. Il les conduisit finalement dans le château, leur fit monter des marches à n'en plus compter et les amena jusqu'à un professeur. Le professeur en question n'était autre que McGonagall. Elle leur expliqua les règles principales de l'école et les conduisit dans la grande salle pour la répartition. La répartition commença et Harry voyait les élèves défiler sur le tabouret.
- Harry Potter! Annonça le professeur McGonagall.
Harry s'avança et posa le choixpeau sur sa tête.
- Hum c'est difficile, lui murmura le choixpeau, très difficile. Je vois beaucoup de courage mais aussi une envie de faire ses preuves.
Pendant ce temps Harry pensait très fort « Pas à Serpentard, pas à Serpentard, pas à Serpentard ». Il ne voulait pas finir dans une maison ou la plupart des sorciers avaient mal tournés, surtout pas dans la maison dans laquelle avait été celui qui avait tuer ses parents.
- Tu es sûr? Lui demanda le chapeau en murmurant. Pourtant Serpentard t'aiderai sur le chemin de la grandeur, ça ne fait aucun doute. Bon si tu es sur de ton choix. Il vaut mieux GRYFFONDOR!
Le chapeau avait dit le dernier mot à haute voix de sorte que toute la salle l'entende. Les élèves de la table de Gryffondor lui firent une novation. Harry s'installa à côté de Ron, qui était lui aussi à Gryffondor. Il regarda les professeurs un à un. Flitwick lui sourit, Chourave applaudissait, Binns semblait endormi, Hagrid s'était levé et avait renverser tout son jus de citrouille, Quirrell applaudissait mais était très hésitant, Dumbledore lui portait un toast quand à Rogue, il l'applaudissait tout en le regardant d'un regard noir et un visage impassible. Harry décida finalement de regarder ailleurs et la répartition se termina. Les élèves purent manger et partirent se coucher. Les premières années qui ne connaissaient pas le château furent conduit par les préfets. Harry se coucha tôt ce soir là, il était particulièrement fatigué par sa journée et le lendemain les premiers cours auraient lieu. Le lendemain matin à peine réveillé Harry s'habilla et essaya de se rendre par son propre moyen dans la grande salle pour prendre son petit déjeuner. Mais sans succès. Il dû demander de l'aide aux fantômes, aux tableaux et aux autres élèves présents dans les couloirs. Au bout de vingt bonnes minutes de recherches intensives Harry arriva enfin à destination. Hermione Granger, la jeune fille qui était venue le voir dans le Poudlard Express était déjà arrivée et avait déjà commencer son petit déjeuné.
- Salut Harry, commença Hermione, bien dormi ?
- Oui, ça va.
- J'ai hâte de commencer les cours, ça doit être fascinant. En plus le premier que l'on a ce matin c'est le cours de potion. Il paraît que le professeur Rogue n'est pas très sympathique avec les élèves, surtout quand se ne sont pas des Serpentard. Il est directeur de cette maison donc il essaie de les avantager. Mais bon, ça n'a pas grande importance, tant qu'il nous apprend comment fabriquer correctement une potion c'est le principal. Après qu'il soit gentil ou méchant c'est pareil. Si il fait son travail, je n'aurai certainement rien à lui reprocher. A part si il se comporte mal avec moi, mais je ne vois pas pourquoi il le ferait. De toute façon, j'ai appris tout mon livre de potion par c½ur, il ne pourra rien me reprocher. Tu n'es pas d'accord Harry?
- Oui, oui tu as raison.
Harry n'avait pas écouter grand-chose de la conversation d'Hermione, il s'était contenté d'hocher la tête quand elle parlait. Pendant qu'Hermione avait fait son discours, Harry n'avait pas arrêter de regarder le professeur Rogue. Celui-ci également avait regarder Harry pendant tout le discours de la jeune Gryffondor. Malgré le visage froid et le regard foudroyant de Rogue, Harry avait eu le sentiment que Rogue le regardait d'un regard protecteur. Peut-être qu'Harry se faisait des idées mais pourtant il avait vraiment cru que Rogue le regardait différemment des autres professeurs, comme s'il voulait s'assurer qu'Harry n'était pas en danger, que tout allait bien pour lui. Harry se demandait si c'était normal qu'un professeur le regarde de cette manière. Mais étant sûr de ne pas avoir de réponses, il décida de laisser cette question en suspend dans un coin de sa tête. Ron arriva à son tour dans la grande salle.
- Salut Harry, je ne t'ai pas entendu te lever ce matin.
- Salut Ron, j'ai essayer de ne pas faire trop de bruit, vous dormiez tous si profondément.
- C'est gentil de ta part. Au fait tu as vu comment Rogue te regarde?
- Comment?
- Je ne sais pas, c'est assez étrange. On dirait qu'il cherche à te protéger, ou quelque chose comme ça. Ma mère me regarde comme ça quand elle a peur pour moi.
Harry en était à présent certain. Le professeur Rogue le regardait bien de façon bizarre. Mais il n'avait toujours pas de réponses quand il se demandait pourquoi. Il rangea à nouveau cette question et se concentra sur son repas. Après avoir pris un bon petit déjeuner, Harry et les autres Gryffondor de première année se dirigèrent vers les cachots pour leur cours de potion avec Rogue. Quand ils arrivèrent, les Serpentard de première année étaient là eux aussi. Apparemment ce serait un cours commun entre deux maisons. Rogue arriva à son tour, fit rentrer les élèves dans la salle, fit l'appel et le cours commença. Durant les deux heures de potions Rogue cherchait sans cesse un moyen de retirer des points aux Gryffondor pour avantager les Serpentard. Malgré les nombreuses erreurs d'Harry, celui-ci ne reçut aucunes critiques et ne fit perdre aucuns points à sa maison. A la fin du cours tout le monde rangea ses affaires. Harry allait partir quand Rogue l'appela.
- Un instant Mr Potter s'il vous plaît!
Harry se retourna mais ne savait pas quoi faire. Il regarda Rogue pour savoir ce qu'il convenait de faire.
- Venez à mon bureau s'i vous plaît Mr Potter.
Harry s'approcha du bureau de son professeur et attendit. Le dernier élève sortit de la classe et Rogue ferma la porte à l'aide d'un sort.
- Mr Potter je ne vais pas vous retenir très longtemps. Je voulais simplement vous parlez de votre mère.
- Vous avez connu ma mère?
- Oui, nous nous sommes connus un peu avant notre entrée Poudlard. Je voulais juste que vous sachiez que votre mère n'était pas seulement une sorcière extraordinaire, c'était aussi une personne exceptionnelle. Je pense que d'ici peu vous serez aussi doué qu'elle dans l'art de manier les potions, il vous faut certes un peu d'entraînement, mais je suis sûr que vous arriverez loin.
- Merci monsieur.
- Je voulais aussi vous donner une photo de votre mère et de vous.
- Une photo de ma mère et moi?
- Oui, elle me l'avait envoyer peu après votre naissance.
Rogue prit un album photo qu'il avait dans son bureau. Le titre de l'album était « Lily ». Rogue chercha une photo, puis la tendit à Harry. Harry regarda attentivement la photo. Il y avait une jeune et belle sorcière rousse avec des yeux vert qui tenait dans les bras un bébé. Il était brun et avait les même yeux que sa mère. Harry regarda le front du bébé et comme un réflexe il toucha la cicatrice en forme d'éclair sur son front.
- Et oui, à cette époque vous n'aviez pas encore cette cicatrice. J'ai encore quelque chose pour vous. Voici une adresse qui pourrait vous être utile.
Rogue donna un papier à Harry sur lequel était écrit « Rémus Lupin, 16 place the Cave, Bristol Surrey. »
- C'était un ami de votre mère, si vous avez des questions à lui poser il pourra également vous répondre.
- Merci professeur.
- Vous voulez certainement découvrir beaucoup de choses sur vos parents en étant ici, le professeur Dumbledore, Mr Lupin et moi-même pouvons vous apprendre beaucoup de choses sur eux, mais il faudra un peu de temps avant que vous ne soyez au courant de toute l'histoire.
- Toute l'histoire?
- Au revoir Mr Potter, vous allez être en retard à votre prochain cours.
Au même moment Rogue avait ré ouvert la porte de sa classe, se qui signifiait à Harry qu'il fallait qu'il s'en aille. Ron avait attendu Harry tout ce temps devant la salle.
- Il te voulait quoi? Demanda Ron.
' Rien de bien important.
Pourtant pour Harry tout cela était très important. Il pensait enfin savoir pourquoi Rogue le regardait comme quelqu'un voulant le protéger. Il avait connu sa mère et maintenant que les parents d'Harry étaient morts, il pensait que c'était de son devoir de protéger Harry et de veiller à ce qu'il ne lui arrive rien de trop grave. C'était du moins le raisonnement d'Harry, mais il était loin de la vérité.

Tags : Le véritable père - Chapitre 1

1 Une famille au plus bas 19/02/2015


-Harry ça va ?
J'entendais la voix d'Hermione derrière moi, mais étant tellement dans mes pensées elle me paraissait si lointaine. Depuis que la grande bataille était terminée, je m'étais réfugié au Terrier. La famille Weasley m'avait une fois encore accueillit à bras ouverts. Au début tout se passait pour le mieux entre Ginny et moi et puis avec le temps tout est parti en vrille. La mort de Fred a été l'élément déclencheur. C'est lors d'une bataille dont j'étais plus ou moins responsable, qu'il était mort. Il n'y avait que Ginny dans la famille pour m'en tenir rigueur mais c'était déjà trop.
-Harry ?
- Excuses moi Hermione j'étais dans mes pensées.
- Je vois ça, dis moi ce qui t'arrive.
- Je devrais être heureux, Voldemort n'existe plus, tout devrait être pour le mieux dans le meilleur des mondes, et pourtant ce n'est pas le cas.
- Harry, ce n'est pas parce que tu as vaincu le démon de ton enfance que tu vas forcément aller super bien. C'est normal que tu sois mal, on a perdu des gens qu'on aimait là bas.
- Il est là le problème Hermione, je devrais être mal pour les personnes qui sont mortes au combat. C'est le cas oui, mais je suis encore plus mal de ne plus être avec Ginny.
- Harry tu es humain, c'est normal que ça te touche.
- Peut être. Je peux te poser une question ?
- Vas-y.
- Tout va bien avec Ron ?
- Oui, enfin je crois.
- Tu n'en es pas certaine ?
- Disons que le deuil de Fred nous a un peu éloignés. Je comprends qu'il ne soit pas bien mais je ne sais pas si je vais continuer à supporter sa mauvaise humeur liée à ça encore longtemps.
- Vous en avez parlé ?
- Tu sais aussi bien que moi que le dialogue est impossible.
Depuis que nous étions arrivés au Terrier, il n'y avait qu'Hermione qui prenait le temps de parler avec moi et de savoir comment j'allais. Certaines fois je me prenais à imaginer que nous étions ensembles. C'est dans ses moments là que je me disais que mon cerveau avait du être légèrement endommagé durant la grande bataille. Après le départ d'Hermione je me décidais enfin à aller voir comment se portait la famille Weasley. Dans la cuisine Mme Weasley préparait gâteau sur gâteau, pour ne pas penser à la mort de son fils elle s'était réfugier dans la cuisine. Il est vrai que nous avions du coup droit à de fabuleux repas. Seulement elle se murait dans une bulle que nul ne pouvait briser. Je pouvais la comprendre, il n'est pas dans l'ordre des choses de voir partir ses enfants. Malheureusement nous devons accepter les épreuves de la vie, et la mort de Fred étant relativement fraîche je pouvais concevoir de laisser à Mme Weasley un peu de temps pour faire son deuil. De son côté Mr Weasley restait au travail le plus longtemps possible. Il faisait perquisitions sur perquisitions et essayait d'analyser un maximum d'objets moldus et de comprendre leur fonctionnement tout comme leur utilité. S'absorber dans son travail lui permettait de ne penser à rien et d'avoir l'impression de servir à quelque chose. Georges, lui, ne restait plus chez lui au dessus de son magasin au chemin de traverse. Il avait laissé pour une durée indéterminée le magasin à ses employés, qui s'en occupaient relativement bien. Georges était donc revenu au Terrier pour se rapprocher des souvenirs qu'il avait avec son jumeau. Il n'était pas rare de le voir perdu dans ses pensées à divers endroits de la maison, sans doute pour se rappeler un de ses nombreux souvenirs heureux avec Fred. Le voir aussi triste était si inhabituel, lui qui d'habitude débordait de joie et de bêtises. Ce que j'espérais au plus profond de moi c'est le voir un jour reprendre sa vie en main et reprendre son magasin. Ron quand à lui refusait de parler à qui que se soit, et si par malheur quelqu'un osait lui adresser la parole, il se retrouvait devant un Ron furieux qui vous donnait envie de fuir le plus loin possible. Il passait son temps à traîner dans la maison avec des livres de Quiddich à la main, mais jamais je ne l'avais vu lire un seul de ces livres. Ginny, elle, restait enfermée dans sa chambre du matin au soir, c'est à peine si elle sortait pour manger. Elle n'autorisait personne à venir la déranger et lorsque nous la voyions, nous ne pouvions que remarquer ses yeux trop rouges à force de pleurer. Je me décidais à me rendre dans la chambre que j'occupais pour jeter un coup d'½il aux lettres que j'avais reçues des autres membres de la famille Weasley. Bill essayait de garder le moral et heureusement que Fleur était là pour l'aider. Comme beaucoup de sorciers, tous deux pensaient qu'il était temps de tout reconstruire et de construire leur propre famille avec un enfant. Après tout ils n'ont peut être pas tord. Charlie tentait du mieux qu'il pouvait de récupérer et cacher tous les dragons dont Voldemort s'était servis. Lui aussi se plongeait dans le travail pour essayer d'oublier la douleur de la perte d'un être cher. Enfin Percy c'était donner pour mission d'arrêter le plus de mangemorts possible afin de venger son frère. Il est bien évident que tout le monde a souffert avec cette bataille et que chacun essaie de continuer comme il le peut. Je ne sais pas si un retour à la normale sera possible un jour où si tout le monde essaiera de trouver un alternatif pour avoir l'impression d'aller mieux. J'espère vraiment qu'avec le temps les blessures deviendront moins douloureuses et pesantes pour toutes ses familles. Parce que je sais pertinemment qu'il n'y a pas que la famille Weasley qui a été brisée. Je n'ai pas de nouvelles des autres personnes s'étant battues lors de la bataille, Seamus, Neville, Dean, Luna, où même le professeur McGonagall, et je dois bien avouer que je n'ai pas essayé d'en avoir. J'ai tenté comme j'ai pu de réconforter la famille Weasley, puis je me suis rendu compte que la seule chose qui leur fallait c'était du temps, simplement du temps pour faire leur deuil. C'est pour cette raison que maintenant je me mets un peu de côté et que je leur laisse le temps nécessaire, les brusquer ne servirait à rien, je risque d'accentuer leur douleur et leur chagrin. J'ai aussi eu le temps de lire la Gazette, où j'ai pu apprendre que de nombreux mangemorts avaient étaient arrêtés, la famille Malefoy a était graciée, suite à leur changement de camp lors de la bataille, seulement en contrepartie ils doivent dénoncer tous les mangemorts qu'ils connaissent. D'où entre autre l'arrestation massive de mangemorts. J'ai également pu apprendre que Poudlard se reconstruisait peu à peu et que la célèbre école pourrait de nouveau ouvrir ses portes pour la rentrée en septembre. Je me sens égoïste lorsque je souhaite retrouver mon meilleur ami comme il était avant, je n'ai plus qu'Hermione avec qui parler et me libérer de toute cette peine qui remplit mon c½ur suite à ma séparation d'avec Ginny. C'est peut être pour cette raison que je me sens si proche d'Hermione ces derniers temps, parce que c'est la seule qui m'écoute et à qui je puisse me confier. Je ne veux pas faire plus de mal à Ron, il souffre déjà suffisamment mais je vois à quel point Hermione est malheureuse depuis ces dernières semaines, du fait des réactions explosives et amplifiées de Ron. Et il m'arrive de me demander si je ne serais pas mieux pour elle que lui. Mais dès que ces idées me traversent l'esprit j'essaie des les effacer au plus vite. Ron est mon meilleur ami et il souffre déjà suffisamment et je dois penser à lui en priorité. Les autres ont déjà trop pensé à moi pendant toutes ses années, il est temps d'inverser les rôles. Et si quelque chose était vraiment possible entre Hermione et moi ?

Tags : Harry - Hermione - Chapitre 1

1 Prêts à retourner à Poudlard 11/01/2016

- Maman, nous allons être en retard, vite ! S'écria Lily.
- Lily, le train pour Poudlard ne part que dans deux heures, nous avons largement le temps. En plus tes frères ne sont pas encore prêts. Répondit Ginny.
- Mais c'est ma première rentrée à Poudlard, je n'ai vraiment pas envie de rater le train.
- Tu n'as pas à t'inquiéter pour ça, nous serons à l'heure. De toute façon si nous y allons maintenant le portail de la gare King Cross pour se rendre sur la voie 9 ¾ ne sera même pas installé et nous ne pourrons pas passer. James tes affaires sont prêtes ?
- Ca y est, répondit l'intéressé. Je viens de boucler ma valise, il était temps ! Il y a quelque chose à manger ?
- Tu es un vrai morfal ! Répondit Ginny. Il y a des crêpes sur la table sers-toi !
- Super maman, merci ! Tu viens Lily ?
- Non je n'ai pas faim, je suis trop stressée pour manger quoi que ce soit de toute façon. Mais où est Albus ? On va être en retard !
- Je suis là, et non Lily nous ne serons pas en retard. En plus papa n'est pas encore rentré du travail. J'étais en train de lire un livre sur le Quidditch, j'espère rentrer dans l'équipe cette année. Avec tout ce qui s'est passer l'année dernière, je n'ai pas pu m'y consacrer assez.
- Bonne chance pour rentrer dans l'équipe ! Déclara James, la bouche pleine. En trois ans je n'ai pas réussi à y rentrer. Et ce n'est pas cette année que je vais m'y consacrer. J'ai d'autres choses de prévues.
- Comme quoi ? Demanda Albus. Rien ne peut être plus important que le Quidditch. Et puis ce n'est que l'année prochaine que tu passes tes buses !
- Tu ne peux pas comprendre Albus. Tu es trop jeune !
- Oui comme toujours avec toi, ça en devient vraiment lassant à la longue !
- Les garçons ne commençaient pas ! S'écria Ginny. Manger quelque chose avant que votre père n'arrive et que nous devions partir.
Après un bon petit déjeuner, Harry rentra enfin chez lui.
- Ouf, ça fait du bien de sortir du travail. Alors les enfants, vous êtes prêts pour cette nouvelle rentrée ?
- C'est une rentrée comme les autres papas, répondit James.
- A moi l'équipe de Quidditch, renchérit Albus.
- Et toi Lily ? Tu ne dis rien ? S'étonna Harry.
- J'ai peur papa. Et si je ne me fais pas d'amis ?
- Hugo aussi fait sa rentrée, tu n'as pas à t'inquiéter, tu ne seras pas toute seule.
- Et si j'ai des mauvaises notes ?
- Je n'étais pas le meilleur de ma classe tu sais. Et ce n'est pas pour autant que je n'ai pas réussi ma scolarité et que je ne m'en sort pas aujourd'hui.
- Et si j'ai oublié quelque chose à la maison ?
- Avec ta mère nous te l'enverrons, ne t'en fais pas.
- Et si je me perds dans les couloirs ?
- Tu sais, tout le monde se perd dans les couloirs. Avec ton oncle Ron, nous sommes même arrivés en retard à notre premier cours à cause de ça. Mais ce n'est pas grave. De toute façon si tu as besoin tes frères sont là, tout comme Rose, ta cousine. Et si tu es perdue n'hésites pas à demander ton chemin aux tableaux, ils t'aideront volontiers. Maintenant arrêtes de te faire du souci pour rien, tu vas voir Poudlard c'est génial et tu vas t'amuser comme une folle ! Aller tous chercher vos affaires c'est l'heure ! On y va !
C'est ainsi que la petite famille se dirigea sur le quai 9 ¾ en direction de Poudlard.
- Papa, où sont-ils ? Demanda Lily.
- Ils vont arriver ne t'inquiète pas. Répondit Harry.
- Ils arrivent regardez ! Annonça Albus.
En effet Ron, Hermione, Rose et Hugo se dirigeaient vers la famille Potter d'un très bon pas.
- Alors comment ça va ? Demanda Rose.
- Très bien, répondit Albus, tu viens Rose, on va trouver une place dans le train.
- C'est parti ! Répondit cette dernière.
Albus et Rose dirent au revoir à leurs parents et partirent dans le train.
- Moi aussi je vais aller chercher une place, annonça James.
Il partit à son tour laissant Harry, Ginny, Ron, Hermione, Hugo et Lily sur le quai.
- Vous êtes prêts ? Demanda Hermione.
- Oui maman, répondit Hugo. Allons trouver des places !
De leur côté Rose et Albus avaient trouvé un wagon libre et attendaient l'arrivée de leur ami Scorpius.
- Saut les amis !
- Oh Scorpius, tu nous as manqué, comment vas-tu ? Demanda Rose.
- Très bien, vous aussi vous m'avez manqués et vous comment allez-vous ?
- Génial ! Répondit Albus. Alors tes vacances ?
- Très ennuyeuses, avec mon père on ne s'amuse pas énormément. J'ai passé l'été enfermé à ne rien faire et vous ?
- Moi je me suis entraîner pour rentrer dans l'équipe de Quidditch cette année, j'espère que ça marchera.
- Avec les compétences de ton père je ne pense pas que ça soit compliqué pour toi ! Lui répondit Scorpius, et toi Rose ?
- J'ai passé d'excellentes vacances, j'ai vu toute ma famille, je suis allée me promener sur le chemin de traverse, des choses basiques mais qui changent les idées.
C'est ainsi que nos trois amis se retrouvèrent et se racontèrent milles et une chose.
- Dites, vous pensez que cette année sera enfin normale ? Demanda Albus.
- Je l'espère... répondit Rose.

Tags : 3ème année à Poudlard - Chapitre 1

1 Une nouvelle année commence 18/07/2017



-Lily, James vous êtes prêts ? On va être en retard !
- Oh ça va Albus, calme toi ! On n'est pas en retard loin de là, on est même en avance. Et si tu es si pressé va aider James à finir son sac, il est encore dans sa chambre. Répondit Lily.
Albus se leva de la chaise de la cuisine des Potter et monta quatre à quatre les marches jusqu'à la chambre de son frère.
- Bon ça y est tu as fini James ?
- Non, mais je n'ai pas vraiment envie de finir mes affaires, en fait je ne sais pas si j'ai envie de retourner à Poudlard.
- Mais tu es malade ou quoi ? Qu'est-ce qui t'arrive ? Poudlard est la meilleure école de tous les temps. Et puis papa et maman ne te laisserai jamais arrêter l'école.
- Mais tu ne comprends pas Albus ! Tous les ans il se passe quelque chose là bas ! On ne peut jamais passer une année tranquille ! On est à Poudlard pour étudier à la base, alors oui on étudie, on a de super profs, du moins pour la plupart ! Mais il se passe toujours un truc, on est toujours embarquer dans une histoire horrible ! Regardes ce qui s'est passé encore une fois l'année dernière ? Moi j'en ai vraiment marre de tout ça ! Mais tu ne dois pas pouvoir comprendre, toi ça t'amuse !
- Tu crois vraiment que ça m'amuse tout ce qui s'est passé ? Tu rigoles là j'espère ? Ca ne me plait pas non plus tout ce qui est arrivé à Poudlard, mais là on a vécu suffisamment de chose je pense. Normalement ça devrait être fini toutes ses histoires. On va être tranquille cette année, tu verras bien.
- Tu crois vraiment qu'on va pouvoir passer une année tranquille à Poudlard ?
- Je ne peux rien t'assurer bien sur mais je l'espère James, vraiment. Allez fini de préparer tes affaires on va y aller.
- Oui on verra bien.
Lorsque toute la petite famille fut prête ils se rendirent sur le quai du Poudlard express. Ils trouvèrent un compartiment vide et s'y installèrent. Peu de temps après Rose et Scorpius les rejoignirent.
- Alors ces vacances ? Demanda Scorpius.
- Assez mouvementée, répondit Rose. On a souvent été chez Mamy Molly. Du coup c'était assez dur d'avoir du temps pour soi, on est toujours beaucoup là-bas. C'est ça d'avoir une famille nombreuse.
- Au moins tu ne peux pas t'ennuyer. Chez moi c'est toujours le calme plat. On ne fait pas grand-chose même pendant les vacances. Ma mère reste dans son coin à faire je ne sais quoi et mon père il est toujours à droite à gauche pour s'occuper de papiers pour le ministère.
- Ca doit pas être drôle tous les jours Scorpius, je n'avais pas vu les choses comme ça, excuse-moi. Dans un sens c'est peut être mieux d'avoir du monde à voir.
- Certaines fois je t'envie vraiment oui.
- J'ai une idée ! S'exclama James. Les prochaines vacances Scorpius, vient un peu chez nous. Tu verras on s'amuse comme des petits fous. Bon excusez-moi mais je vais aller faire un tour, j'ai des choses à faire. On se voit tout à l'heure dans la grande salle.
- A tout à l'heure James, répondit Scorpius.
James sortit du compartiment suivit par Lily qui en profita pour aller retrouver ses amis, laissant nos trois amis seuls pour discuter.
- James a raison Scorpius, commença Albus. Les prochaines vacances tu pourras venir avec nous, on pourra faire pleins de choses super cool !
- Ce serai vraiment bien oui, mais il faudra que mon père soit d'accord et ça avouez-le ce ne sera pas une mince affaire.
- On arrivera à le convaincre, répondit Rose. Tu verras il ne pourra pas dire non.
- Tu connais mon père Rose, mais ça vaut le coup d'essayer, en tout cas ça ma plairait vraiment bien de passer mes vacances avec vous.
- Oui moi aussi ça me plairait bien que tu sois avec nous pour les vacances, lui répondit Rose.
- Vous vous rendez compte quand même qu'on parle déjà des vacances alors qu'on n'a même pas entamer les cours cette année. On est un peu en avance non ? Demanda Albus en rigolant.
- Oui tu as raison, il faudrait peut être qu'on se concentre un peu sur l'année à venir. On va encore avoir beaucoup de travail. Répondit Scorpius.
- Pas plus que d'habitude, on n'a pas vraiment beaucoup de travail c'est juste que vous vous organisez mal, s'exclama Rose.
- Parle pour toi, lui dit Albus. Avec ta mère tu as eu de bons gênes ce n'est pas forcément le cas de tout le monde.
- Et c'est toi qui dit ça ? Tu es le fils du célèbre Harry Potter, le sorcier le plus connu de tous les temps. Moi de mon côté je ne suis qu'un Malefoy, membre d'une famille certes de sang pur, mais qu'est-ce que ça signifie de nos jour un sang pur ? Plus grand-chose c'est même ridicule et on m'associe au force du mal à cause de mes ascendants.
- Scorpius, tu vois que le mauvais côté des choses, s'insurgea Rose. Tu es aussi un garçon exceptionnel qui a des valeurs, qui est fidèle et qui aide les autres dès qu'il le peut. Alors peut être que tes ancêtres ont filé mauvais coton mais c'est loin d'être ton cas. Au final on s'en fiche des parents qu'on a tant qu'on reste fidèle à ce qu'on veut être et donner aux autres c'est le principal non ?
- C'est toujours très beau ce que tu dis Rose. Et ça me fait très plaisir ce que tu penses de moi. Ca fait vraiment du bien au moral.
- A ton service ! Les amis sont faits pour ça.
Nos trois Gryffondors continuèrent le trajet en parlant de tout et de rien, en rigolant, en s'amusant et en chantant. Ils arrivèrent sur le quai de la gare et montèrent dans les diligences pour se rendre au château. L'édifice était toujours aussi merveilleux à voir. Chaque année c'était pareil, les élèves redécouvraient cet immense bâtiment cachant mille et un secrets et mille et une merveilles. Ce château abritait chaque année des retrouvailles amicales, de nouvelles amitiés, des amours naissants, des rires, des pleurs, des sourires, des attentes, des déceptions, des réussites, de nouveaux apprentissages, de nouvelles découvertes, des surprises et tout c qu'il faut pour que les élèves vivent des moments inoubliables. Albus, Rose et Scorpius se rendirent dans la grande salle pour le banquet de début d'année. Ils furent une fois encore émerveillés par le décor. Les bougies volant dans la pièce, le faux ciel étoilé donnant une impression de grandeur et de vivre la tête parmi les étoiles, les quatre grandes tables des élèves suivant leur maison garnies de mets plus appétissants les uns que les autres. Mais aussi la table des professeurs au fond de la pièce en bois massif, posée sur une estrade donnant une impression de grandeur et de puissance à ces personnes permettant aux élèves de devenir d'excellents sorciers. Tout était fait pour que les élèves aient des étoiles dans les yeux à chaque instant. Albus, Scorpius et Rose choisirent une place à la table des Gryffondor et s'y installèrent.
- C'est merveilleux cette décoration, comme toujours, s'extasia Rose.
- Tu t'émerveilles toujours autant toi, rigola Scorpius.
- Oses me dire que toi ça te laisse indifférent tout ça, je ne te croirais pas, lui répondit Rose.
- Oui bon d'accord, tu as raison, ça a toujours autant de charme tout ça, mais il faudrait penser à innover.
- Va proposer tes idées et professeur McGonagall, rigola Albus. Je suis sûre qu'elle adorerait que tu l'aides à changer la déco.
- Va-y moques-toi de moi ! Je ne sais pas vous mais quoi j'ai hâte de voir qui sont les 1ère années et de voir cette nouvelle répartition.
- Oui moi aussi, répondit Rose. J'adore la répartition. Et puis nous devons aussi voir qui sera le nouveau professeur de défenses contre les forces du mal.
- Chaque chose en son temps ! S'écria Albus. On saura tout ça bien assez tôt. Moi ce dont j'ai hâte c'est de pouvoir déguster ce merveilleux buffet qui nous tend les bras.
- Tu ne penses qu'à manger, rigole Scorpius. Mais comme tu dis chaque chose en son temps. Tenez regarder, les 1ères années arrivent, la répartition va pouvoir commencer !
En effet les élèves arrivaient autant émerveillés les uns que les autres, comme chaque nouvel élève arrivant dans ce lieu des plus magiques et majestueux. Il était maintenant temps de faire place au Choixpeau pour une répartition dans les règles en bonne et due forme.

Tags : 4ème année à Poudlard - Chapitre 1